RMC

La justice se retourne encore contre l’informateur des Stups

Information RMC - Arrêté en 2016, Sofiane Hambli était devenu le plus gros informateur de l'ex-patron de l'Office anti-drogue. La justice le soupçonne aujourd'hui d'avoir continué son trafic de drogue en 2012 alors qu'il était informateur pour l'Ocrtis (Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants).

Sofiane Hambli était le plus gros informateur de l’ex-patron de l’Office antidrogue. Il avait été arrêté en Belgique en 2016 et remis à la France sur mandat d’arrêt après la saisie de 7 tonnes de cannabis par les douanes en 2015, victime collatérale d’une guerre entre les douanes et la police. Il a été convoqué vendredi par l’IGPN, la police des polices.

La justice lui reproche un trafic de cannabis qui remonte à 2012. A l’époque Sofiane Hambli, considéré comme un des plus gros trafiquants de cannabis français, vient d’être recruté par le commissaire François Thierry, chef de l’Office antidrogue. Il est extrait de sa prison par les policiers, au motif d’une garde à vue bidon validée par des juges, pour pouvoir gérer par téléphone, depuis un hôtel, une livraison de cannabis en provenance du Maroc.

Grâce aux informations qu’il donne, les enquêteurs espagnols et français interpellent six équipes de trafiquants, près d’une quinzaine de personnes, et saisissent près de 3 tonnes de cannabis sur les 6 importés depuis le Maroc. 

Un informateur fiable

Cette collaboration fructueuse avait permis de tester sa fiabilité d’informateur et lui avait valu, avec d’autres affaires, une remise de peine exceptionnelle d’un tiers de sa condamnation accordée par la justice. Mais aujourd’hui, un juge d’instruction de Lyon n’a aujourd’hui pas la même vision des choses.

Il a récemment placé deux magistrates en garde à vue pour avoir couvert cette "fausse" garde à vue réalisée en dehors de tout cadre légal, et il soupçonne l’informateur d’en avoir profité pour alimenter son propre trafic en organisant l'arrivée de la marchandise. Un "acharnement" selon son avocat Hugues Vigier, qui déplore que Sofiane Hambli se retrouve accusé "alors qu’il agissait en 2012 sur instructions de la police, avec l’aval de la justice" de l’époque.

Récemment remis en liberté sous contrôle judiciaire

Sofiane Hambli a récemment été remis en liberté, placé sous contrôle judiciaire dans une affaire où il est mis en examen pour trafic et pour laquelle il avait pourtant aussi travaillé comme informateur pour la police: la saisie de 7 tonnes de cannabis par les douanes à Paris en 2015. Il avait été remis à la France par les autorités belges sur mandat d'arrêt en 2016, ce qui empêche la justice française de le poursuivre pour d'autres affaires aujourd'hui, en vertu du principe de "spécialité". Sauf s'il renonce à ce principe.

Sans surprise, il a refusé d'y renoncer vendredi, face aux policiers de l'IGPN, la police des polices. Le magistrat lyonnais va devoir demander une extension de compétence aux autorités belges pour pouvoir le mettre en examen et peut-être le remettre en prison.

Claire Andrieux