RMC

Les applications pour dénoncer les incivilités en plein essor

Les applications permettant de signaler les incivilités sont en plein essor mais font débat.

Les applications pour signaler les mauvais comportements sont en plein boom. Pas en Chine ou aux Etats-Unis, mais bien ici, en France. Elles s’appellent "Dans ma rue", "Allô mairie" ou "Tell my city."

Ce sont des applications pour smartphone qui servent à signaler une "anomalie" sur la place publique. Ca peut être des ordures dans la rue, un scooter mal garé, un réverbère cassé. Mais aussi un doudou oublié dans un parc.

Elles fonctionnent toutes pareil. Vous vous géolocalisez, vous mettez une photo du problème, et c’est directement transmis aux services municipaux concernés. Ces applis sont disponibles dans une douzaine de grandes villes.

Et ces derniers temps, leur utilisation explose. Par exemple à Paris, "Dans ma rue" a été lancée en 2012. Mais elle a vraiment explosé en 2018, en dépassant les 10.000 téléchargements. Aujourd’hui, elle récolte plus de 20.000 signalements par mois. C’est 4 fois plus qu’en 2016.

On peut aussi signaler les incivilités dans l’espace public

Par exemple, sur "Dans ma rue", on peut signaler, je cite, les "épanchements d'urine". Si on regarde la carte de tous les signalements de ce type de l’année 2019. On dirait que tous les indélicats de la capitale se sont soulagés dans 1 seule rue de Paris. En fait, c’est surement 2-3 riverains au nez sensible qui se sont un peu acharnés sur l’application.

Pour les mairies, ce succès est dû à leur efficacité. A Boulogne par exemple, les signalements sont traités en moins de 48h.

Dernière hypothèse pour expliquer ce carton: c’est qu’au fur et à mesure on peut dénoncer de plus en plus de choses sur ces applis. Depuis la dernière mise à jour de celle de Paris, on peut signaler les incivilités dans l’espace public. Si vous vous faites taper à la piscine par exemple, vous pouvez aller le dire à “Dans ma rue”.

De nombreuses critiques

Ca suscite aussi pas mal de critiques aussi ces applis. Certains trouvent que ça ressemble à de la délation. Par exemple à Nice, l’opposition trouve qu’on est à deux doigts de la société de surveillance façon Chine ou Etats-Unis.

Dans ces pays, les applis pour dénoncer les incivilités vont beaucoup plus loin. Comme "Reporty", qui permet carrément de filmer des gens. En train de commettre une infraction, et de transmettre les images en temps réel à la police.

Ou l’américaine "Our Street", où on dénonce ceux qui brûle un feu rouge, un excès de vitesse, la voiture dans la voie de bus. Tous ces signalements sont ensuite publiés sur un site internet public. Avec les noms des coupables, leurs antécédents, etc.

En France, aujourd’hui, c’est impossible de faire ça. La loi française interdit de fournir à ces applications. De quoi identifier nommément les auteurs des incivilités.

Nina Godart