RMC

Marine Le Pen assure que "99% des réfugiés sont des hommes". Vrai ou faux?

Un migrant traverse la frontière entre la Serbie et la Hongrie, après avoir fait un trou dans des barbelés.

Un migrant traverse la frontière entre la Serbie et la Hongrie, après avoir fait un trou dans des barbelés. - Attila Kisbenedek - AFP

Mardi sur RMC, la présidente du Front National, s'appuyant sur les images qu'elle voyait à la télévision, soutenait que les migrants étaient constitués à 99% d'hommes, et qu'il ne pouvait donc s'agir de réfugiés fuyant la guerre en famille mais de migrants économiques. Nous avons vérifié.

C'est une idée-reçue qui circule sur les réseaux sociaux : les réfugiés que l'on voit à la télévision sont majoritairement des hommes et donc des migrants économiques. Mardi dernier sur RMC, Marine Le Pen déclarait que sur les images de réfugiés arrivant en Europe qu'elle pouvait voir à la télévision, il y avait 99% d'hommes. Pour la présidente du Front national, c'est la preuve que ces Syriens, Irakiens ou Afghans ne sont pas des réfugiés, mais des "clandestins", des migrants économiques qu'il ne faudrait pas accueillir.

"Moi, j'ai vu les images des clandestins qui descendaient, qui étaient emmenés en Allemagne depuis la Hongrie. Eh bien, sur l'ensemble de ces images, il y a 99% d'hommes. Il y a une ultra minorité de familles. Or, moi je pense que des hommes qui quittent leur pays pour laisser leur famille là-bas, ça n'est pas pour fuir la persécution. C'est évidemment pour des raisons économiques", avait déclaré Marine Le Pen.

70% des réfugiés qui arrivent en Grèce sont des hommes

Qu'en est-il vraiment ? Actuellement, selon le HCR, Haut-Commissariat aux réfugiés, 70% des réfugiés qui arrivent en Grèce sont des hommes, souvent jeunes. Toutefois, le HCR ajoute que ces dernières semaines, les familles entières sont de plus en plus nombreuses à monter dans des embarcations pour rejoindre l'Europe : un tiers des personnes enregistrées ces dernières semaines sont des femmes et des enfants.

L'UNICEF a aussi fait les calculs du 1er au 6 septembre dernier: 40 % des réfugiés qui ont franchi la frontière entre la Macédoine et la Hongrie étaient des femmes et des enfants.

"Il est préférable d'envoyer un jeune homme"

Alors oui, les hommes sont effectivement plus nombreux. Mais ces chiffres sont logiques pour François Gemenne, chercheur à Sciences Po, et spécialiste des flux migratoires. "Le voyage en Europe est très dangereux, donc les familles considèrent généralement qu'il est préférable d'envoyer un jeune homme qui pourra obtenir le statut de réfugié en Europe. Une fois ce statut obtenu, il pourra faire venir sa famille, cette fois-ci par avion".

Et les familles pendant ce temps-là ? "La plupart du temps les familles sont toujours dans des camps de réfugiés en Turquie, en Jordanie ou au Liban, dans des conditions très précaires mais néanmoins en sécurité. L'idée est que la famille puisse quitter le camp une fois que l'homme a obtenu le statut de réfugié".

Philippe Gril avec Céline Martelet