RMC

Ce que fuient les réfugiés? "Les bombes venues du ciel qui rasent des immeubles entiers"

Vue d'une rue dévastée d'Alep, en Syrie. Après 4 ans et demi de guerre, la population d'Alep a été divisée par quatre.

Vue d'une rue dévastée d'Alep, en Syrie. Après 4 ans et demi de guerre, la population d'Alep a été divisée par quatre. - Dr Zouhair Lahna pour RMC

TÉMOIGNAGE – RMC a réussi à joindre à la frontière syrienne le Dr Lahna, un gynécologue-obstétricien de Seine-St-Denis qui vient de passer 20 jours à Alep, en Syrie, ville dévastée par la guerre. Une ville fantôme que ses habitants ont fui pour se rendre en Europe, où ils espèrent être accueillis.

Parfois trop occupés à débattre de quotas, d'accueil ou non, de religion des réfugiés, on en vient à oublier pourquoi ils fuient leur pays : parce qu'en Syrie, c'est le chaos. Depuis 4 ans et demi, la guerre en Syrie a fait plus de 240.000 morts. Sur les 23 millions d'habitants, 4 millions de personnes ont quitté le pays. A l'intérieur du pays, il y a également plusieurs millions de déplacés qui ont dû fuir leurs villes d'origine.

RMC a recueilli le témoignage du Docteur Zouhair Lahna. Ce médecin franco-marocain de 49 ans, obstétricien en Seine-Saint-Denis, vient de passer 20 jours en Syrie, à Alep, en pleine zone de guerre, pour former de jeunes médecins. C'est par Skype alors qu'il était à la frontière entre la Turquie et la Syrie, qu'il a pu témoigner sur RMC.

"Des quartiers fantômes"

Et derrière son écran, c'est un médecin fatigué qui nous parle d'Alep dévastée, mais aussi désertée. "Certains quartiers sont des quartiers fantômes. Ne parlons pas des écoles, qui sont toutes détruites, donc il n'y a plus de cours. Il n'y a plus qu'un ophtalmo et qu'une seule gynécologue pour 300.000 habitants".

Les syriens fuient la ville pour retrouver une vie normale, loin de la guerre. Des Syriens poussés par une peur venue du ciel : "Ils ont peur des barils de TNT lancés par des avions, et qui leur tombent dessus". "J'ai pu voir les dégâts quand ils explosent. Ils rasent des immeubles entiers", raconte le Dr Lahna.

Le Dr Lahna (en haut), lors d'une intervention chirurgicale à Alep.
Le Dr Lahna (en haut), lors d'une intervention chirurgicale à Alep. © Zouhair Lahna pour RMC.

"Comment vont-ils reconstruire le pays sans ses forces vives ?"

Ces attaques menées par le régime syrien sont quotidiennes, et elles ont fait des milliers de victimes. Après 4 ans et demi de guerre, la population d'Alep a été divisée par quatre, entre les morts et ceux qui fuient la guerre. Des départs redoutés par ceux qui restent. "Ils se demandent comment ils vont pouvoir reconstruire leur pays si toute la force vive s'en va. Ce sont souvent des diplômés qui s'en vont: des ingénieurs, des docteurs, ou parfois même de bons travailleurs manuels…".

Mais le docteur Lahna tient aussi à nous parler des héros ordinaires, ces médecins qui ont choisi de rester sur place, malgré la guerre, les morts, et un pays qui se vide de sa population.