RMC

Marseille: trois ans après l'effondrement d'un immeuble, la galère des habitants de la rue d'Aubagne

Les habitants de la rue d'Aubagne dénonce l'inaction des pouvoirs publics, trois ans après l'effondrement de deux immeubles qui ont fait huit morts.

Rue d’Aubagne à Marseille Djamel a écrit sa colère sur des draps qui pendent à ses fenêtres. Bientôt il va être exproprié de son immeuble en péril: "On veut nous exproprier à un prix vraiment dérisoire, je veux me défendre et ça dure depuis trois ans, je suis fatigué, je suis à bout". Car 3 ans jour pour jour après les effondrements de deux immeubles de la rue qui ont fait 8 morts, peu de commerces ont rouverts et plusieurs propriétaires sont même en conflit avec l’Etablissement public foncier qui souhaitent les exproprier de leur demeure.

Rue d’Aubagne, il y a aussi la tristesse de Nicolas, musicien qui vit dans le quartier depuis 5 ans: "Avant ça bougeait il y avait toujours de l'ambiance et de l'animation. Et aujourd'hui, ça a perdu de sa magie.

"Rien n'est encore opérationnel"

Ces ressentiments, Emmanuel Patris du Collectif du 5-novembre les attribue clairement au manque de volonté des pouvoirs publics: "On a l'impression que l'on a perdu trois ans et que peu de choses sont mises en place sur le plan opérationnel. On a eu des annonces un mois après les effondrements de la part de la métropole qui a annoncé un projet partenaire d'aménagement avec 600 millions d'euros mais aujourd'hui, rien n'est encore opérationnel", déplore-t-il.

Du côté de la mairie de Marseille, on se veut plus optimiste. Même si les opérations de réhabilitations prendront du temps, elles devraient créer 70% de logements sociaux. Le site des effondrements sera sanctuarisé et la rue devrait devenir définitivement piétonne.

>> A LIRE AUSSI - Quand chasseurs et écologistes travaillent main dans la main pour préserver une forêt de l'Isère

Lionel Dian (avec G.D.)