RMC

Merdive, Jo-Dalton… Il sort L'anti-guide des prénoms: "C’est comme si les enfants étaient une marque"

-

- - -

Quand il s’agit de choisir le prénom de leur futur enfant, certains parents ont parfois une imagination sans limite. La preuve avec L’anti-guide des prénoms, une anthologie des pires prénoms dénichés par la page Facebook La ligue des officiers d’état-civil (LOEC), qui sort jeudi en librairie. Antoine, son créateur, s'explique à RMC.fr.

Antoine, créateur de la page La ligue des officiers d’état civil (LOEC)

"La Ligue des officiers d’état civil, à la base, c’est un Tumblr que j’ai créé il y a quatre ans. Je suis journaliste dans les Hauts-de-France, donc j’ai accès, le mercredi et le jeudi, à toute la presse hebdomadaire régionale. On se prenait chacun un journal avec mes collègues et on regardait qui avait le prénom le plus original dans les avis de naissance. 

Au début, sur le Tumblr, il y avait uniquement des photos que je faisais des journaux. Et au fur et à mesure, les gens ont commencé à contribuer, on a créé une page Facebook, puis un site internet depuis 2015. Aujourd’hui, il y a une communauté de 20 000 personnes qui contribuent à 90% au contenu du site. Il y a quelques officiers d’état civil, mais ce n’est pas régulier. Il y aussi des gens qui travaillent dans des services sociaux qui m’envoient des documents, et on anonymise tout pour qu’on ne reconnaisse personne.

"Ces prénoms mettent en avant la volonté de chaque parent d’avoir un enfant unique"

Il n’y a que des prénoms qui existent vraiment. On vérifie, on sait d’où viennent les contributeurs. Il y a entre 95 et 99% de prénoms sur notre site qui existent. Ces prénoms mettent en avant la volonté de chaque parent d’avoir un enfant unique, différent, comme si l’enfant était une marque. C’est une personne qui doit se distinguer, et ce qui va servir à ça c’est le prénom. Un prénom unique pour un enfant unique.

Est-ce qu’on se moque? Il y a des prénoms sur lesquels on rigole plus que d’autres, mais ce n’est pas méchant. On ne veut pas porter préjudice aux enfants qui portent ces prénoms. Ce n’est déjà pas facile tous les jours, on ne va pas en rajouter une couche. On enlève les noms, les communes… On est du Nord-Pas-de-Calais, donc les gens pensent qu’il y en a plus ici qu’ailleurs. Mais je ne suis pas trop d’accord avec ça. Il n’y a pas de région plus touchée que d’autre.

"J’ai bien aimé Jo-Dalton, sans le 'e', ça ne doit pas être facile"

Ma perle préférée c’est Aboubacar-Jacky. Après, j’ai bien aimé Jo-Dalton, sans le "e", ça ne doit pas être facile. Aujourd’hui, l’officier d’état civil peut signaler le prénom au procureur. Avant il pouvait lui-même refuser de le mettre dans le registre. On a aussi vu des Lacrima, des Merdive, des Lola-Poupoune… Ce sont de vrais prénoms, on reçoit des registres qui viennent de l’état civil, c’est incontestable.

Souvent les mamans des enfants épinglés ne sont pas contentes, elles font des menaces de procès, ou même de nous retrouver. Mais on a eu un témoignage il y a quelques mois d’une fille qui s’appelle Kalyne, et elle, elle adore le site. Finalement ça la fait rire qu’on se moque de son prénom, elle le supporte très bien.

Moi j’ai une fille, et je ne vous donnerai pas son prénom! On a pris un prénom très simple qui doit être dans le top 20 des prénoms les plus donnés. En tant que parent, je comprends que ces gens veulent absolument trouver un moyen de démarquer leur enfant. Mais par contre je pense qu’ils ne se rendent pas compte qu’un DRH lors d’un recrutement, ça le fait rire. Chacun fait ce qu’il veut, mais je pense que certains parents font fausse route. Par contre, je ne leur dirai jamais d’arrêter parce que sinon, moi je mets la clé sous la porte".

Propos recueillis par Antoine Maes