RMC

Migrants à Paris: "On est en train de refaire une petite jungle ici"

Dans le nord de Paris, les campements de migrants ont déjà été vidés à maintes reprises. Mais depuis plusieurs jours, les tentes igloo se multiplient, au moment où, à 300 kilomètres de là, la j"ungle" de Calais est démantelée.

Un camp se vide, l'autre grossit. Alors que le démantèlement de la "jungle de Calais" s'achève, certains migrants ont décidé de ne pas rejoindre les centres d'accueil et d'orientation, mis en place partout en France pour loger les migrants.

Une association, le Bureau d'accueil et d'accompagnement des migrants, parle de 1.000 migrants de Calais arrivés à Paris en 2 jours. On serait passé de 2.000 à 3.000 personnes depuis la fermeture de la jungle calaisienne.

Craignant de se voir renvoyer en Grèce ou en Italie, une partie d'entre eux ont préféré rejoindre Paris. Une solution de repli, en attendant que la situation retombe à Calais pour pouvoir retenter un passage en Angleterre. Ils ont atterri dans les campements situés dans les 18e et 19e arrondissements, au nord de la capitale.

Un centre d'accueil de migrants, voulu par Anne Hidalgo doit ouvrir prochainement porte de la Chapelle mais ne pourra pas héberger tous les migrants. Il sera réservé aux nouveaux migrants arrivant sur le territoire français, mais pas à ceux installés sous les métros parisiens.

Le centre disposera de 400 places d'hébergement, 600 à terme, il devrait ouvrir dans quelques semaines, de même qu'un centre à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) pour les femmes isolées et les familles.