RMC

Mort de Corentin: "La vérité n'a pas encore éclaté"

C'est dans cette clinique qu'est décédé le petit Corentin

C'est dans cette clinique qu'est décédé le petit Corentin - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Le 2 novembre dernier, Corentin, un petit garçon de 11 ans, est décédé des suites d'une intervention ratée de l'appendicite à l'hôpital-clinique Claude-Bernard à Metz. Selon les premières informations, trois chirurgiens seraient intervenus. Ce jeudi sur RMC, Fatiha, sa mère assure n'en avoir vu qu'un seul.

Une intervention courante qui vire au drame. La justice enquête sur les circonstances troublantes de la mort d'un enfant de 11 ans, des suites d'une opération de l'appendicite dans une clinique de Metz. Corentin avait été admis le 31 octobre dans la clinique Claude-Bernard pour une appendicite. Il y avait été opéré le lendemain, mais des complications lors de l'intervention ont conduit à son décès le dimanche 2 novembre. Selon Le Républicain Lorrain, trois chirurgiens se sont succédé à la table d'opération. Ce jeudi sur RMC, Fatiha, sa mère, ne comprend pas pourquoi trois chirurgiens se sont succédé à la table d'opération. D'autant plus qu'elle assure n'en avoir vu qu'un à l'hôpital.

"Ils se sont acharnés sur mon fils. Il y en a qui a blessé l'aorte abdominale, le deuxième, censé sauver Corentin, lui cause une plaie au foie et le troisième je ne sais même pas ce qu'il a fait. Mais ce qui est sûr c'est que cet enfant n'avait aucune chance de survie" confie-t-elle dans Bourdin Direct. Et de s'interroge à voix haute : "Même si Corentin se battait, comment voulez-vous qu'il reste en vie si à chaque fois un chirurgien, venu pour l'opérer, lui abîme un organe?"

"Normalement une opération de l'appendicite on en sort vivant"

Fatiha, en larmes, certifie aussi "qu'elle ne savait pas qu'il y avait trois chirurgiens. Je n'ai même pas été mise au courant de ce qu'il se passait au bloc opératoire… On le met dans une chambre, j'attends et on ne me dit rien… Je n'ai jamais été mise au courant de qu'il se passait…" Désormais, elle dit "espérer que la police judiciaire arrivera à savoir ce qui s'est réellement passé au bloc". Elle estime en effet "ne pas tout savoir, que la vérité n'a pas encore éclatée au grand jour".

Désormais, la mère de Corentin explique vouloir "se battre pour sa mémoire" : "Je sais très bien que ça ne rendra pas mon fils mais je ne veux plus que ça recommence pour un autre enfant". Pour Mariam, la sœur de Fatiha, ce n'est pas un accident. Quelqu'un a forcément fait une erreur. "Je veux savoir quel a été le déroulement exact de cette opération, quelles erreurs ont été commises car de toute évidence il y a des responsabilités à établir et c'est pour cela que la justice a été saisie". Et de rappeler que "normalement une opération de l'appendicite on en sort vivant".

Maxime Ricard avec Pierre Rigo