RMC

Nathalie Arthaud doit-elle choisir entre son poste de professeure d'économie et la politique?

Nathalie Arthaud, candidate de Force Ouvrière, est également professeure d’économie et de gestion. Certains militent pour qu’elle n’enseigne plus.

Nathalie Arthaud est-elle trop agressive dans son discours pour être enseignante? Sophie De Menthon, Présidente du mouvement patronal, ETHIC, a été choquée par les propos de la candidate de Force Ouvrière, lors du débat à 11. 

Elle dénonce, dans une tribune dans Challenges, "une violence, et une détestation incompatible" avec son métier d'enseignante. Elle se pose la question de l'influence qu'elle pourrait apporter à ses élèves du lycée Le Corbusier, à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis.

Pour l'auteure de la tribune Sophie De Menthon, Nathalie Arthaud ne devrait pas enseigner.

"C’est très symptomatique: Nathalie Arthaud insulte les patrons. Elle a une haine viscérale des entrepreneurs. On ne peut pas continuer à enseigner cette détestation sous-jacente aux élèves. En aucun cas je ne vise la personne de madame Nathalie Arthaud. Mais elle représente symboliquement ce qui cause un vrai problème à l’économie française".

Sylvie Cordesse-Marot est membre de l'APEG, association des professeurs d'économie et de gestion. Pour elle Nathalie Arthaud est suffisamment encadrée, ce n'est donc pas un problème.

"Elle est agrégée, titulaire, donc elle est parfaitement encadrée par l’éducation nationale. Elle ne peut pas avoir les mêmes propos en tant que candidate et en tant que professeure. Elle est contrôlée par un proviseur, un inspecteur pédagogique. Et tout ça l’oblige à respecter les programmes. Si un professeur se mettait à faire de la propagande en classe, ses élèves ne seraient pas formés et ne réussiraient pas les examens. Je ne pense pas qu’il y ait de souci de ce côté-là pour Nathalie Arthaud".

Bettina de Guglielmo (avec A.M.)