RMC

Pass sanitaire en entreprise: "Il vaut mieux ça qu’un confinement ou un couvre-feu" pour la CPME Ile-de-France

"Apolline Matin" sur RMC et RMC Story

"Apolline Matin" sur RMC et RMC Story - RMC

Invité d’"Apolline Matin" ce lundi sur RMC, Bernard Cohen-Hadad, président de la CPME Ile-de-France, s’attend à l’application du pass sanitaire en entreprise.

Elisabeth Borne, ministre du Travail, rassemble les partenaires sociaux ce lundi pour avancer vers l’application du pass sanitaire dans les entreprises. Pour Bernard Cohen-Hadad, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) d’Ile-de-France, "on n’aura pas trop le choix". Invité d’"Apolline Matin" ce lundi sur RMC, il préfère le pass sanitaire en entreprise à la perspective d’un retour du confinement ou du couvre-feu.

"Ce qu’on veut éviter, c’est un confinement, un couvre-feu, un "économicide" comme on l’appelle pour nos entreprises. On le vit déjà avec les discothèques, les clubs privés. Arrêtons la casse. Nos entreprises n’en peuvent plus, financièrement et moralement. Il vaut mieux un pass sanitaire qu’un confinement ou un couvre-feu. Il vaut mieux que nos salariés puissent venir travailler."

Selon Bernard Cohen-Hadad, qui souligne que "les entreprises font beaucoup" avec notamment le travail, les chefs d’entreprise ne comptent pas "jouer au gendarme" avec les salariés qui ne se feraient pas vacciner. "On n’est pas heureux de jouer les gendarmes et on n’y jouera pas, assure le président de la CPME Ile-de-France. La difficulté pour nous, c’est la relation avec nos salariés. Mais on a aussi l’obligation de sécurité. La santé dans l’entreprise, c’est la responsabilité du chef d’entreprise."

"On les mettra en dehors de l’entreprise, quitte à suspendre les salaires"

"On ne joue pas au gendarme parce que dans l’entreprise, il y a beaucoup de solidarité, de dialogue, d’accompagnement, ajoute-t-il. On fait au mieux pour inciter nos salariés à faire ces vaccins. Il y a aussi ceux qui ne peuvent pas se faire vacciner pour raison de santé et ceux qui ne trouvent pas les rendez-vous immédiats pour se faire vacciner. Il faut mettre le paquet là-dessus."

En cas d’application du pass sanitaire, les entreprises devront quand même trouver des solutions pour ceux qui ne voudront pas être vaccinés. "On fera ce que prévoit la loi. Effectivement, on les mettra en dehors de l’entreprise, quitte à suspendre les salaires, prévient Bernard Cohen-Hadad. C’est une perte de compétence, une mauvaise ambiance dans l’ambiance, de l’angoisse. S’il faut en passer par là, nous le ferons, c’est notre devoir de responsabilité. Mais comment on va faire si on oblige nos salariés à être vaccinés et si on n’oblige pas les clients ou les fournisseurs ?" Pour le président de la CPME Ile-de-France, la vaccination obligatoire serait donc "plus simple, plus lisible".

LP