RMC

Le batteur des Rolling Stones Charlie Watts est mort: une vie loin des clichés "Sexe, drogue et rock'n'roll"

LE PORTRAIT DE POINCA - Chaque jour, Nicolas Poincaré dresse le portrait d'une personnalité au coeur de l'actualité, dans "Apolline Matin", sur RMC

Le batteur des Rolling Stones, Charlie Watts, est décédé mardi à Londres à l'âge de 80 ans, a annoncé son agent, déplorant la disparition de "l'un des plus grands batteurs de sa génération".

"C'est avec une immense tristesse que nous annonçons le décès de notre cher Charlie Watts", a indiqué dans un communiqué son agent, précisant qu'il était "décédé paisiblement dans un hôpital de Londres plus tôt dans la journée, entouré de sa famille".

Loin des clichés du rockeur, Charlie Watts était un vieux monsieur très chic, cheveux court et costume cravate. Un peu timide, très peu bavard, humour anglais, il avait 80 ans et il était à la ville, on ne peut plus convenable. Mais dès qu’il remontait sur scène avec les Stones, il redevenait une bête, un des meilleurs batteur de rock de tous les temps. Comme à Miami, en 2018, avec "Satisfaction". C'était il y a deux ans: sa dernière performance publique de Charlie Watt avec les "Rolling Stones". 

Le batteur était membre des Rolling Stones depuis 1963. Avec le leader Mick Jagger et le guitariste Keith Richards, Charlie Watts faisait partie des plus anciens membres du célèbre groupe de rock, qui a vu défiler Mick Taylor, Ronnie Wood ou encore Bill Wyman. Il a participé à tous les albums du groupe mythique. Il était le plus sage de la bande. 

Mari modèle

Quand Mike Jagger multipliait les aventures, lui, retrouvait sa femme a la fin de chaque tournée. Son biographe affirme qu’il n’a connu qu’une femme de toute sa vie. Un mari modèle, papa d’une fille unique puis grand-père. Sauf que les Rolling Stones, c’était d’abord des mauvais garçons. 

Dans les folles années, Charlie Watts lui aussi a plongé dans l'alcool, l'héroïne et les amphétamines. Il a ensuite expliqué: "C'était ma crise de 40 ans". Finalement, il a tout arrêté d’un coup - tabac, drogue et alcool en 1986 - et ça n’a pas été facile. 

Né le 2 juin 1941 à Londres, cet autodidacte en batterie avait commencé à jouer à l'oreille, en regardant les joueurs dans les clubs de jazz londoniens. Tout au long de sa carrière avec les Rolling Stones, celui qui tenait ses baguettes à l'envers en frappant avec le gros bout, continue en parallèle le jazz. Il a même monté un orchestre de 33 musiciens, le “Charlie Watts Orchestra”. Il vivait cette passion en parallèle de sa carrière de star du rock. Et puis il aimait aussi les chevaux, dans son haras du Devon, et sa maison dans le Gard. 

Mardi soir, Ringo Starr, le batteur des Beatles, a rendu hommage à son égal des Stones en écrivant que "Dieu bénisse Charlie Watts".

Nicolas Poincaré