RMC

Les acteurs violents exclus des César: "Polanski n'était pas dans la salle, il a reçu un prix"

La prochaine cérémonie des César se déroulera sans acteur poursuivi pour violences. Ceux-ci seront exclus des festivités mais pourront tout de même recevoir un prix, comme Roman Polanski en 2020.

La prochaine cérémonie des César se fera sans les personnes mises en cause "pour des faits de violence". L'Académie a annoncé lundi la mise en retrait de tous les artistes poursuivis pour de tels faits, dans la foulée de l'affaire Sofiane Bennacer, un jeune comédien mis en examen pour viols.

"Par respect pour les victimes (même présumées en cas de mise en examen ou de condamnation non définitive), il a été décidé de ne pas mettre en lumière des personnes qui seraient mises en cause par la justice pour des faits de violence", plaide l'Académie dans un communiqué.

Ainsi, il ne faudra pas être mis en examen ou avoir été condamné pour des faits de violence à caractère sexuel ou sexiste, pour pouvoir être invité à la cérémonie ou pour bénéficier d'une prise de parole en son nom.

Le cas Roman Polanski

Cette décision qui doit entrer en vigueur pour la cérémonie 2023, fait suite à la mise en examen fin novembre pour viols et violences sur conjoint de l'acteur Sofiane Bennacer. Des accusations qui font écho à l'affaire Roman Polanski, régulièrement rattrapé par des accusations anciennes d'abus sexuels sur mineurs.

"Roman Polanski n'était pas dans la salle et il a reçu un prix", rappelle cependant ce mardi sur le plateau d'Estelle Midi Yael Mellul, présidente de l'association "Femme et Libre". L'ancienne avocate fait référence à la cérémonie des César 2020 lorsque le cinéaste, poursuivi par la justice américaine pour relations sexuelles illégales avec une mineure en 1977 et accusé de viols par 11 autres femmes, avait reçu le prix de la meilleure réalisation pour le film "J'accuse".

Quid de la présomption d'innocence?

Car certaines voix déplorent le mépris de la présomption d'innocence: "Tant que je ne suis pas condamné je suis présumé innocent donc j'ai le droit d'être invité", estime sur le plateau des "Grandes Gueules" Mehdi Ghezzar. "Ensuite, si je suis condamné, je dois me cacher", ajoute-t-il.

"C'est une décision mi-figue mi-raisin, ils ne vont pas au bout des choses, ce n'est ni radical ni révolutionnaire. C'est peut-être ainsi parce qu'ils ont peur de ce genre réactions mais on est en dehors de la loi", répond Yael Mellul.

"La présomption d'innocence est une notion juridique, que tout le monde brandit sans savoir de quoi on parle", renchérit Emma Dancourt. "Qu'est ce qui nous empêche d'utiliser notre compassion, notre sens moral pour ne pas se réfugier derrière cette notion juridique?", interroge-t-elle.

La 48e cérémonie des César doit se tenir le 24 février 2023 au théâtre de l'Olympia à Paris. Sans aucun artiste poursuivi pour des faits de violences donc.

G.D.