RMC

Médine au Bataclan: la mère d'une victime dénonce la "récupération politique"

Plusieurs personnalités politique de droite et d'extrême-droite réclament l'interdiction du concert du rappeur Médine au Bataclan, près de 3 ans après l'attentat qui a fait 90 morts. Une "récupération politique" des attentats que dénonce Patricia Correia, mère d’une victime, ce lundi sur RMC.

Plusieurs victimes ou familles de victimes des attentats du 13 novembre au Bataclan, appellent les autorités à interdire les concerts du rappeur Médine, qui doivent avoir lieu en octobre. "Le concert n'a pas sa place dans ce lieu, qui a été baigné de sang le 13 novembre 2015, rappelle ce lundi dans Bureau de vote Patricia Correia, mère d’une victime. 90 personnes ont perdu la vie, beaucoup ont été handicapées, mutilées, beaucoup ont encore des balles dans le corps. En qualité de maman - et je parle au nom d'autres parents de victimes avec lesquels j'ai discuté, on souhaite que ce concert ne soit pas produit".

"Les récupérations politiques après coup, c'est un peu tard"

Au-delà des victimes ou de leurs proches, plusieurs personnalités de droite et d'extrême-droite réclament elles-aussi l'annulation de ces concerts. De la "récupération politique" dénoncée par Patricia Correia. "Les récupérations politiques après coup, c'est un peu tard. Il aurait fallu que la politique se préoccupe de ce qui se préparait en France. On savait que le Bataclan était ciblé (par les terroristes) depuis de nombreuses années. Il est un peu tard pour se manifester. Il s'agit du respect des victimes, la politique n'a pas sa place".

P. G. avec J-J. Bourdin