RMC

"On ne va pas le mettre directement en rayon": ces libraires gênés par la réédition de "Mein Kampf" d'Hitler

Un ouvrage sobre et volumineux à 100 euros disponible uniquement dans les librairies qui ont décidé de le commander et dans les bibliothèques qui le souhaitent.

C'est un retour en librairie qui ne passe pas inaperçu. “Mein Kampf”, ouvrage écrit par Adolf Hitler entre 1924 et 1925, est réédité en France ce mercredi. "Historiciser le mal", c'est le titre sous lequel la maison d'édition Fayard réédite le livre.

"Une édition critique" accompagnée de près de 3000 notes. Chaque chapitre est précédé d'une longue introduction démontant lignes après lignes l'idéologie nazie.

>> A LIRE AUSSI - Publication de "Mein Kampf" en France le 2 juin: que pourra-t-on lire dans cette nouvelle édition du livre d'Hitler?

Mais dans la librairie parisienne de Jérémy Derny vous ne risquez pas de trouver “Mein Kempf” réédité.

“Ce n’est pas forcément quelque chose qu’on aime avoir dans sa bibliothèque”, indique-t-il.

Pour lui, "Historiciser le mal", c'est le titre de la réédition chez Fayard n'a pas sa place en librairie “On est sur un livre particulier qui demande encore un intérêt spécifique vers les universités et les bibliothèques”, appuie-t-il.

"Un ouvrage scientifique"

D'autres libraires au contraire ont décidé d'en commander, mais l'ouvrage met mal à l'aise si bien que Delphine Bouetard la libraire a décidé de laisser le livre dans la remise. “On ne va pas le mettre directement en rayon”, indique-t-elle.

Le client devra demander le livre, mais avant de l'avoir entre les mains, “on lui fournira cet extrait d’une quinzaine de pages”. Une précaution nécessaire pour Delphine Bouetard.

“On n'est pas là pour choquer, mais c’est notre rôle d’être passeur de connaissance”, assure-t-elle.

Être passeur de connaissances pour comprendre l'histoire sans idéologie. “Il s’agit d’un ouvrage scientifique. Ces notes permettent de rétablir la vérité. C’est un bouclier contre le propos d’Hitler”, ajoute-t-elle.

Tous les droits du livre seront reversés à une fondation qui entretient les camps de concentration nazis établis autrefois sur le territoire polonais occupé au nom du devoir de mémoire.

Romain Poisot avec Guillaume Descours