RMC

Thierry Ardisson, 73 ans, de retour sur les écrans

Thierry Ardisson fait son retour ce lundi soir sur France 3 après une carrière marathon à la télévision.

Thierry Ardisson revient avec un nouveau concept: l’interview post-mortem. Il interroge des stars disparues, avec des effets spéciaux pour les rendre bien vivants, avec des textes basés sur ce qu’ils ont vraiment dit à l’époque, avec un imitateur pour la voix. Thierry Ardisson a tenté de vendre ce concept à des plateformes comme Netflix, mais c’est finalement France Télévisions qui l’a acheté.

France Télé où Ardisson a fait une grande partie de sa carrière. Il avait lancé "Descente de police" en 1985 sur TF1, des interviews façon garde à vue, mais c’est sur Antenne 2, qu’il a présenté le très branché "Bain de minuit", enregistré aux Bains Douches, célèbre boîte de nuit parisienne. Ou encore "Lunettes noires pour nuit blanche". On se souvient d’un roi de la provoc, capable de demander au Premier ministre Michel Rocard si, selon lui, "sucer, c’est tromper".

Finalement, il s’est fâché avec France Télé en 2006, parce que le patron de l’époque, Patrick de Carolis, lui demandait de choisir entre le groupe public et Paris Première. Ardisson n’a pas accepté et est parti sur Paris Première, puis quelques années plus tard, sur Canal + et C8, avant de se fâcher aussi avec Vincent Bolloré, qui voulait réduire son budget.

Bref à 73 ans, il a fait le tour du PAF. On peut le trouver énervant mais on peut difficilement contester sa créativité.

Première invitée: Dalida

Ce soir, c’est Dalida qui est l'invitée de son émission. Avec un scoop, validé par le frère de Dalida, Orlando. Thierry Ardisson va faire parler la chanteuse de sa relation avec François Mitterrand. "Ils ont été ensemble à plusieurs époques", a expliqué Orlando samedi soir chez Laurent Ruquier. Lorsque Mitterrand était président, il venait sans garde du corps, chez elle à Montmartre. Il venait directement et il sonnait à la porte, parfois sans avoir téléphoné avant. Et les services secrets étaient fous, ils craignaient que le président se fasse assassiner dans cette ruelle du 18e arrondissement de Paris.

Et magie de la technologie et de l’intelligence artificielle, Dalida va pouvoir parler de tout cela, enfin presque Dalida. Par la suite, Ardisson devrait interviewer Jean Gabin, ou même Charles de Gaulle. Enfin presque Jean Gabin ou presque Charles de Gaulle…

Nicolas Poincaré