RMC

Un Français sur trois boude la politique à la télé: "le jeu de la petite phrase peut en dégoûter certains"

-

- - -

Dans un sondage à paraître lundi dans Télécâble Sat Hebdo, 31% des Français avouent ne jamais regarder d’émission politique à la télévision. Un score encore beaucoup plus faible chez les jeunes. RMC.fr a interrogé Hugo Travers, dont la chaîne Youtube, Hugo Décrypte (83.000 abonnes), s’attache à parler politique pour les jeunes.

Hugo Travers, créateur de la chaîne YouTube Hugo Décrypte 

"Cela ne m’étonne clairement pas. Je n’ai pas les explications exactes, mais il y a quelques éléments qui peuvent l’expliquer. D’abord le jeu qui pousse à la recherche de la petite phrase, de la polémique. Ça peut dégoûter certaines personnes. Dans mes abonnés, je le vois, c’est ce qu’ils n’apprécient pas forcément dans les interviews traditionnelles. Et puis ensuite, il y a sans doute un manque de mise en contexte des sujets qui sont abordés. On part tout le temps du principe que tout le monde est au courant de tout, et qu’on n’a pas besoin de rappeler les détails ce qui est débattu.

Je pense que les gens sont intéressés par la politique, et c’est surtout une question de format. Sur ma chaîne, je vise en priorité les jeunes. Je pense qu’ils ont une défiance par rapport à un contenu qui n’est pas adapté à leur façon de consommer de l’information. Les jeunes regardent très, très peu d’émission politique à la télé.

"Les jeunes ne sont pas cons, pas besoin de partir dans du people"

Pour les gens en général, je ne sais pas. Mais pour les jeunes, ils ne sont pas cons: quand on aborde un sujet politique, il n’y a pas besoin de partir dans du people. On peut parler de fond et de sujet sérieux. C'est vraiment ce qu'on me demande. Simplement, il faut avoir ce souci de décryptage, de mise en contexte, pour que tout le monde puisse saisir, même la personne qui n’a rien suivi au débat depuis le début.

Après, il faut aussi un format qui soit adapté. Il faut que ce soit sur les réseaux sociaux, pas une émission politique qui passe à la télé, à une heure précise. Certes il y a les replays, mais ça ne correspond toujours pas à la façon dont les jeunes consomment l’information. Youtube et les réseaux sociaux sont amenés à prendre de plus en plus de place, et je ne pense pas que dans dix ou quinze ans, ceux qui ont mon âge aujourd’hui (19 ans) consommeront l’information en regardant la télé. Il y aura peut être encore quelque chose d'autre, et peut être que moi en faisant de l’information sur les réseaux sociaux, je serai un vieux.

"Certains sont plus frileux que d’autres à l’idée d’être interviewé par un jeune"

Mais ça va s’intensifier. Aux Etats-Unis, les jeunes regardent beaucoup plus Youtube que la télévision. Les médias, aujourd’hui, ne peuvent pas délaisser les jeunes. Ce n’est pas parce que nos usages changent qu’il faut les ignorer, au contraire.

Certains candidats sont plus frileux que d’autres à l’idée d’être interviewé par un jeune, qui n’est pas un journaliste, qu’ils ne connaissent pas. Après, les retours que j’ai des politiques sont très bons. Ils comprennent qu’ils vont toucher une audience qu’ils n’arriveraient pas à toucher en faisant un 20h. Depuis que j’ai lancé ces interviews, j’ai moi-même été contacté par des équipes d’hommes politiques. Faire une interview du 14 juillet à l’Elysée? Ce serait super, ça permettrait d’avoir d’autres problématiques abordées, plus orientées vers les jeunes"

Propos recueillis par Antoine Maes