RMC

13-Novembre: "C'est le procès des victimes et elles doivent trouver leur place", indique l'avocate Samia Maktouf

L'avocate est revenue sur les déclarations très scrutées du principal accusé, Salah Abdeslam.

La première journée du procès des attentats du 13-Novembre a été marquée par l’intervention de Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos qui ont fait 130 morts et plus de 400 blessés en 2015 à Paris et Saint-Denis.

“Cela fait 6 ans qu’on nous traite comme des chiens”, a-t-il notamment déclaré en parlant de ses conditions de détention.

>> A LIRE AUSSI - Attentats du 13-Novembre: à quoi ressemble la vie de Salah Abdeslam en prison ?

Depuis qu’il est incarcéré, il est placé à l’isolement, mais, une note de l'administration pénitentiaire datée du 17 août dernier et révélée par Médiapart, il a toujours des contacts avec d’autres détenus. Il est indiqué par exemple qu’il prodigue " des conseils religieux à ses codétenus" à travers la fenêtre de sa cellule.

Une déclaration qui n’a finalement pas étonné Maître Samia Maktouf, avocate d’une partie des victimes des attentats.

“Il a saisi la justice Salah Abdeslam. Ses conseils ont saisi la justice pour améliorer ses conditions de détention et notamment l’isolement. Aujourd’hui, le président de la cour l’a précisé, il s’est personnellement rendu dans sa cellule pour constater les conditions de son incarcération. Nous sommes dans un état de droit et c’est ce qui est en train de s’imposer face à la barbarie”, a-t-elle indiqué ce jeudi sur RMC.

Un box des accusés "trop vide"

Elle rappelle que ce procès est avant tout celui des victimes qui doivent, selon elle, “trouver leur place”. Elle dénonce également la présence de nombreux politiques qui dit-elle, veulent “prendre en otage ce procès”.

"Ce n’est pas leur place, ce n’est pas une tribune politique. C’est une instance judiciaire, c’est un endroit où depuis six longues années, les victimes attendent. Ce n’est pas le procès de la responsabilité politique, mais celui des accusés qui se trouvent dans cette cage, une cage qui est d’ailleurs trop vide selon mon avis”, a indiqué Maître Samia Maktouf.

La reprise du procès est programmée à 12h30. Le premier interrogatoire de Salah Abdeslam sur les faits prévu les 13 et 14 janvier 2022 dans ce procès qui doit durer neuf mois.

Guillaume Descours