RMC

Affaire Elodie Kulik: Willy Bardon "en réanimation" après avoir avalé "un produit pesticide" au tribunal à l'énoncé du verdict

Reconnu coupable de l’enlèvement, de la séquestration suivie de mort et du viol d'Elodie Kulik, Willy Bardon a tenté de suicider en pleine salle d'audience ce vendredi. La cour d'assises de la Sommes l'a condamné à 30 ans de réclusion criminelle.

Il a "absorbé un produit pesticide", sans savoir "comment il a pu cacher ça" alors qu'il avait "été fouillé", a déclaré à la presse le procureur de la République d'Amiens. Le parquet d'Amiens a ouvert une enquête en recherches des causes de blessures graves pour déterminer les circonstances exactes du geste de Willy Bardon ce vendredi à l’annonce du verdict.

"Toujours en réanimation", son état "a été stabilisé", a annoncé ce samedi à l'AFP le procureur d'Amiens. "L'état de Willy Bardon a été stabilisé par les médecins au cours de la nuit" mais "son pronostic vital reste engagé", a déclaré le procureur Alexandre de Bosschère.

Le produit ingéré encore inconnu

A l'issue de 13 jours d'audience qui ont vu défiler 47 témoins et experts à la barre, relater les 180 auditions menées par les enquêteurs, les jurés ont suivi les réquisitions de l'avocate générale, allant même au-delà en condamnant l'accusé pour viol. Mais ils l'ont acquitté du chef de "meurtre". Son avocat, Me Daquo a annoncé son intention de faire appel.

A l'annonce du verdict il avait la tête baissée, comme sonné, les yeux rivés au sol, puis il a sorti quelque chose de sa poche et l'a mis dans sa bouche avant d'avaler d'une traite une bouteille d'eau. Tout de suite, ses avocats se sont retournés vers lui, puis les policiers sont venus le sortir très vite du box des accusés.

Ses proches connaissaient son intention de se tuer en cas de condamnation

Les pompiers sont arrivés, les premiers soins lui ont été donnés sur place puis évacué vers l’hôpital d'Amiens, il était à peu près 20h30. Il avait pourtant été fouillé en entrant, il comparaissait libre sous contrôle judiciaire mais a dû dissimuler ce produit.

Willy Bardon avait annoncé à ses proches son intention de se tuer en cas de condamnation. Il leur avait même parlé d'ingérer de la mort au rat.

Elodie Kulik, employée de banque de 24 ans avait été enlevée, violée, étranglée, puis brûlée en janvier 2002 à Tertry, à une vingtaine de kilomètres de Saint-Quentin (Aisne). Avant de mourir, la jeune femme avait appelé les secours, un enregistrement glaçant de 26 secondes considéré comme la pièce maîtresse du dossier, qui a ébranlé la salle d'audience à de nombreuses reprises pendant deux semaines.

Gwladys Laffitte (avec C.P.)