RMC

Agression de surveillants à la prison de Fleury: "les agents sont en train de péter un câble"

Les sur surveillants pénitentiaires sont mobilisés vendredi à 12h30 devant la prison de Fleury-Mérogis (Essonne).

Les surveillants de la plus grande prison d'Europe protestent à la suite de l'agression de six d'entre eux par des détenus mineurs. Les faits se sont produits jeudi aux alentours de 13h. Lors d'une promenade, une bagarre éclate entre deux détenus mineurs.

Une équipe de 6 surveillants intervient mais les 6 autres détenus présents s'en prennent à eux avant d'être maîtrisés par une équipe de renfort. Bilan, 6 surveillants blessés. Ils ont été admis aux urgences hier soir. L'un des gardiens est "sévèrement touché au genou", un autre a eu le bras cassé et plusieurs autres doivent passer un IRM à cause de coups reçus à la tête.

"Notre enjeu aujourd’hui c’est de préserver nos vies"

Marcel Duredon, du syndicat Force Ouvrière de Fleury déplore un manque d'effectifs et de moyens matériels. "Ce qui s’est passé au quartier des mineurs nous rappelle qu’on est en train de flirter avec la catastrophe. Il y a une souffrance, les agents sont en train de péter un câble, on n’en peut plus. On n’est pas assez, on fait le travail de 10. Notre enjeu aujourd’hui c’est de préserver nos vies. Et si on doit préserver nos vies en manifestant dehors et être confronté à nos homologues policiers ou gendarmes, si on doit en passer par là, on va donner un spectacle ridicule : les forces de l’ordre vont s’opposer aux forces de l’ordre. On attend que les gens, quelque soit leur responsabilité politique se rendent compte de la dangerosité des choses".

Cécile Costes (avec A.M.)