RMC

Après deux jours de procès, le "roi du shit" Moufide Bouchibi continue de nier tout en bloc

Après 10 ans de cavale, il avait  été interpellé en mars à Dubaï. Il avait été condamné par contumace à 20 ans de prison en 2015.

Deuxième journée d'audience hier toujours dans une ambiance très tendue au tribunal correctionnel de Bordeaux au procès de Moufide Bouchibi. Ce franco-algérien de 41 ans est soupçonné d'être l'un des plus grands trafiquants de cannabis en France. Surnommé Mouf, il est poursuivi pour neuf go-fast et l'importation depuis le Maroc de plus d'une tonne de cannabis entre 2011 et 2012.

En septembre 2015, il avait été condamné par contumace à 20 ans de prison et un million d'euros d'amende. Après 10 ans de cavale, il avait été interpellé en mars. Moufide Bouchibi s’est expliqué jeudi, en fin d’après-midi, sur les accusations qui pèsent contre lui, dans une ambiance électrique.

“Toutes les questions du procureur, je n’y répondrais pas”. Moufide Bouchibi s’énerve, se détache de son argumentaire couché sur le papier. “Vous m’avez mis 20 ans, sans preuve”, indique-t-il. 

C’était il y a 6 ans, en son absence, sur la foi d’écoutes ou un homme discute argent, go-fast et quantités de stupéfiants, une voix identifiée comme étant celle de Moufide Bouchibi, par un officier de police judiciaire et seulement lui. “Pourquoi n’y a-t-il pas eu d'expertise vocale ?”, s’interroge à la suite de ses avocats, Moufide Bouchibi.

Arrêté à Dubaï

Le président enchaîne en déroulant son casier judiciaire bien chargé. Quatre condamnations pour trafic de stupéfiants entre 2004 et 2005, sorti de prison en 2008. “Depuis on sait peu de choses sur vous”, reprend le président. "Quelle est votre profession ?” Moufide Bouchibi, lui répond: “Je travaille dans la rénovation immobilière sur des appartements en France et à Dubaï…”.

C’est là bas qu'il a été arrêté. Le procureur enchaîne, "expliquez-moi comment on voyage, avec un mandat d’arrêt”. Réponse, un dernier regard noir du prévenu.

Martin Cadoret avec Guillaume Descours