RMC

Attentat déjoué du Thalys: Ayoub El Khazzani condamné en appel à la réclusion à perpétuité

Croquis d'audience du 17 décembre 2020 du Marocain Ayoub El Khazzani, le tireur du train condamné à la réclusion à perpétuité lors du procès en première instance de l'attentat déjoué du Thalys en août 2015

Croquis d'audience du 17 décembre 2020 du Marocain Ayoub El Khazzani, le tireur du train condamné à la réclusion à perpétuité lors du procès en première instance de l'attentat déjoué du Thalys en août 2015 - Benoit PEYRUCQ © 2019 AFP

Ayoub El Khazzani, le tireur de l'attentat déjoué dans le Thalys en août 2015, a été condamné à la prison à perpétuité en appel, ce jeudi, avec une période sûreté de 22 ans.

Le Marocain Ayoub El Khazzani, le tireur mandaté par l'organisation Etat islamique (EI) pour commettre un attentat contre un train Thalys en août 2015, a été condamné ce jeudi en appel à la réclusion criminelle à perpétuité pour "tentatives d'assassinats terroristes". La cour d'assises spéciale présidée par David Hill a suivi à la lettre les réquisitions du ministère public en assortissant la peine d'une période sûreté de 22 ans.

Debout dans son box, l'accusé a accueilli le verdict sans réagir. Lors de l'audience en appel, Ayoub El Khazzani a livré "peu d'éléments utiles à l'enquête", a estimé M. Hill en annonçant le verdict. "Il existe un doute sur le travail de remise en question" de l'accusé, a-t-il poursuivi.

Il a exprimé sa "honte" et ses "regrets"

La peine du Marocain, âgé de 33 ans, a également été assortie d'une interdiction définitive du territoire à l'issue de son emprisonnement. Lors de son procès en première instance, en décembre 2020, Ayoub El Khazzani avait déjà été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Il est à l'isolement depuis le début de son incarcération en août 2015.

Invité dans la matinée à s'exprimer avant le verdict, Ayoub El Khazzani avait fait part de ses "regrets" et de sa "honte" pour l'acte qu'il comptait accomplir. Comment voulez-vous que je ne regrette pas ?", a dit l'accusé aux juges avant que la cour d'assises spéciale se retire pour délibérer.

"Comment voulez-vous que je ne regrette pas d'avoir tiré dans le dos (du passager) Mark Moogalian ? La balle lui est sortie dans le cou. J'ai eu beaucoup de chance qu'il ne meure pas", a dit, en arabe, le Marocain de 33 ans, debout dans son box. "Comment voulez-vous que je ne regrette pas toutes les victimes du train que j'ai terrorisées", a-t-il poursuivi.

"Je vous jure que je regrette tout ce que j'ai commis. C'est un regret amer. J'ai honte de ce que j'ai fait", a-t-il insisté.

LP avec AFP