RMC

Attentat visant la France en Arabie Saoudite: "Notre agenda diplomatique ne peut pas être prisonnier des caricatures"

-

- - -

Grand reporter au Figaro et spécialiste du Moyen Orient Georges Malbrunot est partisan d'une "pause" dans la diffusion de caricatures pour protéger les Français de l'étranger et abaisser la tension diplomatique.

La France visée une deuxième fois en deux semaines à Jeddah (Arabie Saoudite) sur fond de tensions anti-françaises dans le monde musulman. Un attentat à l'explosif a visé mercredi à Jeddah en Arabie saoudite une cérémonie commémorant l'anniversaire de l'armistice du 11 novembre 1918, en présence de diplomates occidentaux, y compris français et britannique, deux semaines après une attaque au couteau dans cette ville.

Le 29 octobre, un Saoudien a été arrêté après avoir blessé avec un couteau un vigile du consulat français à Jeddah, sur fond de colère de musulmans après la publication de caricatures du prophète de l'islam Mahomet par un journal parisien.

Grand reporter au Figaro et spécialiste du Moyen Orient Georges Malbrunot estime ce jeudi matin sur RMC que l’attentat aurait pu être une catastrophe en terme humain. “On est passés près d’un attentat qui aurait pu faire beaucoup plus de victimes. Un attentat fait par un terroriste qui était bien renseigné (…) qui avait des complicités”, selon lui.

La tension est en effet très forte dans les pays musulman avec des manifestations anti-françaises ça et là. "Il y a eu des portraits du président de la République qui ont été brûlés, c’est quelque que chose qui de mémoire on n’avait pas vu depuis très très longtemps", témoigne Georges Malbrunot.

"Pour un temps, arrêtons les caricatures car sinon nous allons au-devant d'autres problèmes"

Il estime que ça ne vaut pas le coup de mettre à mal la sécurité des Français à l'étranger pour des caricatures et qu'il faudrait faire une "pause".

"Ce n’est pas la France qui va changer le dogme du Coran. On voit bien que passé l’émotion légitime après les attentats et que le droit à la caricature est intangible. Mais on voit bien que de plus en plus d’intellectuels disent que notre agenda diplomatique ne peut pas être prisonnier de la publication de caricatures. Ils disent que pour un temps, arrêtons les caricatures car sinon nous allons au-devant d'autres problèmes. Il faut faire une pause. On est en guerre face à des gens, il faut avoir une tactique, il faut savoir ce qu’on veut. Le droit à la caricature ne va pas être amputé avec une pause."

Georges Malbrunot estime que l'on est en train de nourir la "zone grise", des fanatiques qu'on pousse vers l'action armée avec ces actions qu'ils ressentent comme des provocations.

"Les Français dans le monde arabo-musulman peuvent être une cible. Il faut mettre le curseur entre provocation et sens des responsabilités. Il y a un danger, une menace. Macron a créé un malentendu avec le monde arabo-musulman. On est en train de nourrir la zone grise, les derniers attentats ce sont des pulsions de fanatiques. Le danger est de faire basculer un certain nombre de gens de cette zone grise vers l’action armée."
J.A.