RMC

Booba, star malgré lui à Fleury-Mérogis

-

- - -

Le tribunal correctionnel de Créteil a renvoyé au 6 septembre le procès de Booba et Kaaris, dans la nuit du vendredi au samedi 4 août. Les deux rappeurs sont poursuivis pour leur participation à une rixe mercredi 1er août à l'aéroport d'Orly. A Fleury-Mérogis, où est incarcéré Booba, sa présence fait déjà beaucoup parler.

Le tribunal a ordonné leur placement en détention provisoire dans l'attente de cette nouvelle audience. Après deux nuits en garde à vue, la star du rap français Booba, 41 ans, et son ex-poulain Kaaris, 38 ans, vont donc retourner derrière les barreaux avec les membres de leur garde rapprochée soupçonnées d'avoir participé à la bataille générale.

"Est-ce que tu l’as vu, est-ce qu’il va vous parler, est-ce qu’il va vous chanter des petites musiques…"

Les deux rappeurs sont dans des prisons distinctes: Kaaris à Fresnes, et Booba, à Fleury-Mérogis, dans une cellule isolée. Mais dans la file d’attente devant l'une des deux prisons, un nom revient, celui de Booba. C’est le sujet de conversation du jour, à commencer par le parloir.

Milène est venu rendre visite à l’un des membres de sa famille: "J’en ai parlé avec mon petit neveu, est-ce que tu l’as vu, est-ce qu’il va vous parler, est-ce qu’il va vous chanter des petites musiques…"

"D'autres vont lui dire qu’il a perdu, qu’il s’est fait tabassé, que c’est un bouffon"

Mais pour Moussa, l’arrivée de Booba va aussi faire des remous dans les couloirs, parmi les détenus.

"Booba à Fleury, il va se faire insulter autant qu’il va se faire aduler. Ceux qui l’aiment bien vont être de son côté et d’autres vont lui dire qu’il a perdu, qu’il s’est fait tabassé, que c’est un bouffon. C’est comme ça".

"On n’a pas de surveillant Booba au sein de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis"

Pour autant, les surveillants pénitentiaires sont formels: même s’il est isolé, qu’il a une cellule individuelle, le rappeur sera traité comme n’importe quel détenu, explique Alexandre Camy, secrétaire local Ufap-Unsa à Fleury-Mérogis.

"C’est un détenu lambda. On n’a pas de surveillant Booba au sein de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. On a des surveillants qui sont affectés à l’ensemble du quartier et qui gèrent de la même manière l’ensemble des détenus qui sont affectés à ce quartier".

Quant aux membres de son clan, ils seront en détention classique, affectés chacun dans un bâtiment différent.

Alice Froussard (avec C.P.)