RMC

"C’est le far west": peur et sidération après l’agression au couteau d’un parent d’élève à Marseille

Après l’agression au couteau d’un père de famille devant un collège de Marseille, les parents d’élèves s’inquiètent pour leurs enfants. Jeudi, le pronostic vital de la victime était toujours engagé.

Le père de famille qui a été agressé mardi soir au couteau à Marseille était toujours dans un état grave jeudi matin. Âgé d'une trentaine d'années, père de deux enfants, il a été grièvement touché au thorax, son pronostic vital était toujours engagé.

Son agresseur était quant à lui toujours en garde à vue jeudi, mais n’a pas livré d’éléments sur le mobile de son attaque. Il souffre de troubles psychologiques.

On vient chercher nos enfants et on n’est pas sûrs de rentrer à la maison.

Au sein de l’établissement privé catholique Sévigné, devant lequel la violente agression a eu lieu, c’est la sidération et chez les parents d’élèves, la peur et l’incompréhension règnent. "Ca fait peur, c’est du grand n’importe quoi, c’est le far west!", "on vient chercher nos enfants et on n’est pas sûrs de rentrer à la maison… C’est inadmissible”, pouvait-on entendre mercredi devant l’établissement.

Cellule psychologique et sécurité renforcée

Pour cette maman, le plus important est désormais de calmer les angoisses de sa fille: “Elle m’a dit 'maman tu crois qu’il y a d’autres personnes qui vont nous faire ça? On n'est pas en danger quand on sort de l’école?'. On n’arrive pas à comprendre qu’une chose pareille puisse se passer. Je sais qu’à l’école ils en parlent beaucoup, ça va les aider", confie-t-elle à RMC.

"Ce qui nous préoccupe maintenant, c’est la famille", a déclaré Philippe Cortes, directeur du collège. Il compte également sur la solidarité entre les élèves pour aider la famille de la victime: “Je leur fais confiance. On sent de la solidarité".

Une cellule psychologique a été mise en place pour les élèves, ainsi qu’un dispositif de sécurité renforcé. Il devrait perdurer jusqu’à la fin de la semaine.

Ambre Lepoivre