RMC

"C’était une enfant pleine de joie": l'émotion du maire de Clessé après le meurtre d'Emma, 14 ans

Le corps d'Emma, 14 ans, a été retrouvé jeudi matin derrière l'école du petit village de Clessé (Saône-et-Loire). Son petit ami, du même âge, a avoué le meurtre de l'adolescente. Le maire et les habitants de la commune sont sous le choc.

Drame dans un petit village de Saône-et-Loire. Un adolescent de 14 ans a avoué jeudi avoir mortellement poignardé sa petite amie du même âge. Le corps d'Emma avait été retrouvé le jour même, dans la matinée, derrière l'école du village de Clessé (850 habitants), un couteau planté dans la gorge. En tout, "plusieurs dizaines de traces de coups de couteaux sur le torse, les épaules, le visage et le cou" de la collégienne ont été constatées.

"C’était une enfant pleine de joie, qui souriait, avec des parents aimants, et qui était très gentille", raconte ce vendredi sur RMC le maire du village, Jean-Pierre Chervier, qui doit s'entretenir dans la journée avec les parents de la victime.

"Les habitants sont abasourdis"

Son meurtrier était dans la même classe qu'Emma, en 4e au collège de Lugny, à quelques kilomètres de Clessé. Ils entretenaient une relation et depuis quelque temps, tous les deux avaient l’habitude de se voir en cachette, entre 0h et 4h du matin, derrière l’école primaire de Clessé. C'est là où son corps a été retrouvé.

"Les habitants sont abasourdis, ils sont atterrés. C’est impensable, ce qu’il s’est passé. C’est un petit village où tout le monde se connaît. On croit toujours que cela n’arrive que chez les autres et d’un seul coup, ça nous tombe dessus, dans notre petit village", explique l'élu.

L'école rouverte, une cellule psychologique mise en place

Le corps d'Emma a été retrouvé à une centaine de mètres de sa maison. Jeudi, une cellule psychologique a été mise en place dans son collège, tandis que l'école primaire de Clessé est restée fermée.

"On avait anticipé pour permettre les investigations de la gendarmerie et éviter que les enfants ne puissent apercevoir le corps. Les enfants vont revenir aujourd’hui à l’école de Clessé avec une cellule psychologique", précise Jean-Pierre Chervier.

Son meurtrier encourt une condamnation maximale de 20 ans de réclusion criminelle pour assassinat. Une information judiciaire a été ouverte. Sa garde à vue peut durer 48 heures.

Guillaume Dussourt