RMC

"Ca n'a aucun sens!": comment le texte de loi "Sécurité globale" ravive des tensions au sein de LREM

Le controversé texte de loi dans lequel figure la pénalisation de la diffusion d'images de policiers non-floutés ne fait pas l'unanimité au sein du groupe majoritaire à l'Assemblée nationale.

La proposition de loi de sécurité globale a été largement adoptée mardi soir en première lecture à l'Assemblée nationale avec 388 voix pour, 104 contre et 66 abstentions.

C'est un article de ce texte, l'article 24, qui est sous le feu des critiques depuis plusieurs semaines car il prévoit de pénaliser la diffusion malveillante de l'image des policiers.

Atteinte à la liberté de la presse et la liberté d'expression selon ses détracteurs. Mesure de protection essentielle pour les forces de l'ordre selon ses défenseurs.

"On doit s'interroger nous-mêmes sur la constitutionnalité des mesures"

Si l'ensemble du texte a été proposé par LREM, l'évacuation de la Place de la République lundi soir a exacerbé des tensions déjà vives au sein de la majorité.

10 vote contre et 30 abstentions. Le gouvernement n'est pas parvenu à ressouder sa majorité malgré la saisine du conseil constitutionnel par le Premier Ministre. Le député marcheur Sacha Houlié, pas convaincu, fait partie des abstentionnistes.

"Ce que je pense c'est qu'on ne peut pas renvoyer la responsabilité de la conformité à la Constitution au Conseil constitutionnel. On doit s'interroger nous-mêmes sur la constitutionnalité des mesures."

"Pourquoi continuer? Ca n'a aucun sens"

Selon le député Matthieu Orphelin, ancien marcheur, il fallait tout simplement abandonner ce texte. Surtout après l'évacuation violente du camp de migrants lundi soir à Paris.

"Cet article est absurde dans sa rédaction. Il n'apporte rien et en plus il clive. Quand même la commission européenne nous dit qu'il y a un problème avec cette loi, pourquoi continuer? Ca n'a aucun sens."

La proposition de loi doit maintenant passer devant le Sénat où la majorité, de droite, a déjà promis de le réécrire. 

Pierrick Bonno (avec J.A.)