RMC

Ce que dit le rapport de la mission d'information sur les moyens de Daesh

La mission d'information sur les moyens de Daesh rend ses conclusions ce mercredi à Claude Bartolone

La mission d'information sur les moyens de Daesh rend ses conclusions ce mercredi à Claude Bartolone - AFPAL- FURQAN MEDIA

En place depuis le 16 décembre 2015 et après avoir auditionné une soixantaine de personnes (experts, professeurs, journalistes) et s'être rendue dans plusieurs pays (Belgique, Pays-Bas, USA, Suisse, Turquie, Arabie Saoudite), la mission d'information sur les moyens de Daesh remet son rapport ce mercredi à Claude Bartolone. RMC vous en dévoile plusieurs conclusions.

C'est un rapport très attendu qui est remis ce mercredi matin à Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale. Un rapport consacré à Daesh, son fonctionnement, sa stratégie, ses soutiens, et les moyens qui permettent de lutter contre. Plus précisément, mise en place depuis le 16 décembre 2015, après avoir auditionné une soixantaine de personnes (experts, professeurs, journalistes) et s'être rendue dans plusieurs pays (Belgique, Pays-Bas, USA, Suisse, Turquie, Arabie Saoudite) pour comprendre sur quels ressorts reposent Daesh, la mission d'information sur les moyens de Daesh rend ses conclusions ce mercredi à Claude Bartolone. En voici les grandes lignes.

Le nombre de combattants chute depuis 2015

Tout d'abord, selon cette mission d'information, l'Etat islamique bénéficie de trois milliards de dollars de revenus par an. La première source de financement de Daesh, ce sont les ressources naturelles: pétrole, gaz... Elles lui rapporteraient 900 millions de dollars par an (600 millions de dollars via le pétrole et 300 millions de dollars grâce au gaz). Mais à cause des frappes et de la reconquête de certaines villes tenues par l'organisation, ces ressources diminuent. Daesh a donc trouvé de nouveaux modes de financement dont l'instauration d'impôts payés par la population, sur l'eau ou l'électricité par exemple. Des taxes et impôts qui lui rapporteraient entre 800 et 900 millions d'euros par an.

Parmi les autres revenus de Daesh, il y a le trafic d'œuvres d'art (150 millions de dollars par an) ou encore le trafic de drogue et de cigarettes. Toujours selon ce rapport de la mission d'information, le nombre de combattants chute depuis 2015. Ainsi, ils étaient 30.000 en 2015 et ne seraient plus que 12.000 aujourd'hui. Cette baisse est due aux frappes et interventions. De plus, la moyenne d'âge du combattant est de plus en plus jeune: 16-17 ans.

660 Français dans les rangs de l'EI

A noter, que, selon ce rapport, 660 Français sont partis rejoindre Daesh dont 200 femmes. Enfin, l'Etat islamique maîtrise parfaitement la communication sur les réseaux sociaux et ceux-ci les laissent relativement faire. La mission déplore donc qu'il n'y ait pas plus de contrôles des comptes des jihadistes sur Facebook ou Twitter.

Alors dans leur rapport, les députés formulent une quarantaine de mesures pour, entre autres, réduire les ressources de Daesh. Parmi elles, un plus grand contrôle de la circulation de l'argent liquide en réduisant par exemple l'anonymat des transactions financières. D'autres préconisations de la commission sont plus générales sur la politique internationale, la diplomatie, la reconstruction de la Syrie et de l'Irak, mieux contrôler les circuits de communication…

Maxime Ricard avec Elisa Bertholomey