RMC

Chasse à l'homme dans les Alpes-Maritimes: un corps correspondant au fugitif retrouvé

Depuis 48 heures, les unités d'élite de la gendarmerie fouillaient une à une les nombreuses grottes de la zone mardi pour débusquer Marc Floris, 33 ans.

C'est une information de dernière minute: un corps correspondant au fugitif soupçonné de féminicide a été retrouvé par les gendarmes en ce début d'après-midi à Gréolières. Celui-ci a été repéré lors d'un vol de surveillance par hélicoptère.

Ce corps, dont l'identité reste à vérifier, semble être celui de Marc Floris, 33 ans, soupçonné d'un féminicide près de Saint-Tropez et fugitif depuis dimanche. 

Les autorités le présente comme un "corps correspondant" à celui de Marc Floris.

"Fin de la traque dans les Alpes-Maritimes", a confirmé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, également sur Twitter, en remerciant les gendarmes et l'ensemble des services de l'Etat mobilisés "pour rechercher le fugitif suspecté d'avoir tué une femme dans le Var".

Au coeur d'un terrain "vaste et escarpé", à Gréolières, dans les Alpes-Maritimes, les unités d'élite de la gendarmerie fouillaient une à une les nombreuses grottes de la zone mardi pour débusquer Marc Floris, 33 ans, soupçonné d'un féminicide près de Saint-Tropez et fugitif depuis dimanche. 

Pour ces recherches, d'importants moyens ont été déployés: des unités du GIGN d'Orange (Vaucluse) et Paris, des moyens aériens, notamment des hélicoptères, afin de déposer des hommes au plus près des sites à quadriller, et des équipes cynophiles, dont des Saint-Hubert, race à l'odorat particulièrement.

Rien n'est précisé sur la façon dont cet homme de 33 ans serait mort. En fuite depuis dimanche, il était "armé et dangereux", avait précisé lundi le procureur adjoint de Draguignan (Var), Guy Bouchet.

Sur place, à Gréolières, des gendarmes enlevaient leurs équipements mardi après-midi, sur le terrain du club de parapente local, à côté des hélicoptères mobilisés depuis dimanche pour les aider à quadriller et fouiller ce territoire vaste et escarpé, truffé de grottes et autres cavités, où Marc Floris avait disparu.

Le jeune homme avait pris la fuite dimanche soir après avoir tiré, sans le blesser, sur un des gendarmes venu l'auditionner dans le cadre de l'enquête sur la mort de Doriane, une femme de 32 ans, tuée par balle et retrouvée dimanche devant le portail de sa résidence au Plan-de-la-Tour, une commune au-dessus du golfe de Saint-Tropez.

Identifié par les enregistrements des caméras de vidéosurveillance de la résidence et l'analyse technique du téléphone de la victime, ce salarié d'une entreprise de travaux publics dans les Alpes-Maritimes avait fui vers Gréolières, le village de ses parents. Selon le procureur adjoint de Draguignan, lundi, Marc Floris "entretenait ou avait entretenu une relation" avec la jeune femme, "sur une courte période de temps".

Un appel à témoins avait été lancé lundi pour aider les enquêteurs sur le terrain.

La rédaction de RMC avec AFP