RMC

Clara, violée dans une rue de Lille après avoir été droguée, lance une pétition pour alerter les pouvoirs publics

Clara, 21 ans, a été droguée avec une seringue puis violée dans une rue de Lille. Elle a porté plainte et témoigne désormais à visage découvert, réclamant des actions des pouvoirs publics contre toutes les agressions dans l'espace public.

C'était il y a un mois, dans la nuit du 28 au 29 novembre, à Lille. En rentrant d'un repas entre collègues, Clara Arnoux, une jeune femme de 21 ans, se fait droguer puis violer dans une rue déserte du centre-ville par un homme masqué: "Il m’a appelé, je n’ai pas répondu. J’ai passé mon chemin, j’ai baissé la tête et je ne me suis pas retournée".

"Il a commencé à m’insulter, je suis passé et il m’a piqué la fesse. J’ai commencé à avoir des bouffées de chaleur, des nausées et la tête qui tourne. Il a commencé à m’étrangler, à soulever mon haut et après, c’est le trou noir complet", raconte-t-elle à RMC.

Elle se réveille plus tard, dans une ambulance, recouverte de bleus sur les hanches et la poitrine. "Le seul souvenir, c’est quand j’ouvre les yeux dans l’ambulance", poursuit la jeune femme. "La première semaine était la plus dure, j’étais éteinte, je ne voulais pas parler, je ne voulais pas sortir", ajoute Clara.

La voix de nombreuses victimes

Elle décide finalement de ne pas se taire et d’agir. Clara porte plainte et lance dans la foulée avec ses parents une pétition qui compte aujourd'hui plus de 18.000 signatures, pour interpeller les pouvoirs publics. "Il est urgent de réagir et d'exiger des moyens pour lutter contre l'insécurité permanente. Il est urgent de mettre en place des solutions pérennes pour protéger nos femmes de toute forme de violence, qu'elle soit verbale, physique ou sexuelle", réclame la pétition.

Elle témoigne désormais à visage découvert et espère libérer la parole: "Je ne comprends pas qu’on ne puisse pas rentrer chez soi seule sans avoir peur. Le fait d’en parler, ça a créé une très grosse solidarité féminine. J’ai reçu énormément de messages de fille me disant 'il m’est arrivé ceci ou cela'. Je me suis dit que si elles n’arrivaient pas à en parler, j’en parlerai pour elles".

Un mois avant son viol, Clara Arnoux avait déjà été agressée et frappée par un homme dans la rue un soir.

>> A LIRE AUSSI - Permanence taguée après une tribune pro-foie gras: pourquoi le député Jean-Pierre Cubertafon porte plainte

Aymeric Dantreuille (avec Guillaume Dussourt)