RMC

Colère des policiers: "Il n'y a pas besoin de changer la règle de la légitime défense"

Quels sont les droits des policiers en matière de légitime défense ? Pourquoi souhaitent-ils un alignement de leurs droits en la matière sur ceux des gendarmes ? L'avocat Laurent-Franck Liénard, qui défend des cas de légitime défense devant la justice, répond à ces questions dans Bourdin Direct et estime qu'il n'y a pas besoin de réformer l'actuel règle.

Chaque année, il traite en moyenne une centaine de cas de légitime défense de policiers ou gendarmes. Me Laurent-Franck Liénard, avocat spécialiste de la légitime défense, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi, alors que les policiers réclament un assouplissement de la règle en la matière. Les syndicats souhaitent que les conditions d’utilisation de l’arme soient alignées sur celles des gendarmes, qui ont le droit de tirer pour se protéger après sommations. "Les gendarmes et les douaniers peuvent sortir leur arme et tirer lorsqu'un individu prend la fuite et refuse de s'arrêter. En droit, ils peuvent lui tirer dans le dos. Mais ce droit est contraint par la Cour européenne des droits de l'homme qui dit qu'il ne faut tirer qu'en cas de stricte nécessité", explique l'avocat.

"Le policier, il sort son arme et tire seulement s'il risque de mourir". Dans le cas de Viry-Châtillon, par exemple, "les policiers auraient pu tirer".

"La difficulté que nous avons aujourd'hui c'est le juge"

Mais pour Laurent-Franck Liénard, il n'y a pas besoin de changer la règle, qu'il juge bonne. "La légitime défense telle qu'elle est faite aujourd'hui est convenable". "Il n'y a pas de réforme à engager. La difficulté que nous avons aujourd'hui c'est le juge, qui est très réticent à accepter le principe de la légitime défense, parce que pour un magistrat la légitime défense, c'est un échec", explique l'avocat. "C'est évidemment au niveau de la justice que ça se joue, mais aussi au niveau de la formation des policiers puisque la règle est floue pour eux".

P. Gril avec JJ. Bourdin