RMC

Décès d'une femme à Saint-Raphaël: ses trois enfants retrouvés sains et saufs en Italie

Illustration

Illustration - Philippe Huguen - AFP

Les trois enfants d'une femme retrouvée morte à Saint-Raphaël le 24 décembre dernier ont été retrouvés sains et saufs près de Milan en Italie. Le père des enfants, soupçonné d'avoir tué leur mère, avait été arrêté samedi en Seine-Saint-Denis.

Les trois enfants d'une femme retrouvée morte à Saint-Raphaël (Var) le 24 décembre, dont le mari a été interpellé samedi en Seine-Saint-Denis après deux semaines de fuite, ont été retrouvés sains et saufs en Italie, a indiqué mardi le procureur de Draguignan.

"Je confirme" que les enfants du couple "âgés de 1, 4 et 7 ans" ont été retrouvés "sains et saufs" en Italie, "aux alentours de Milan", a souligné auprès de l'AFP Patrice Camberou, le procureur de la République de Draguignan, confirmant une information de Var Matin.

Il n'a pour l'heure pas donné davantage de détails sur la façon dont les enfants se sont retrouvés en Italie ni sur leur futur placement. La famille était en train d'essayer de régulariser sa situation en France.

"Traces de strangulation"

Le père, un Tunisien de 39 ans, avait quitté "précipitamment" le Var avec ses trois enfants quelques jours avant la découverte du corps sans vie de son épouse de 31 ans, également de nationalité tunisienne, dans leur appartement de Saint-Raphaël, avait indiqué le parquet de Draguignan.

L'autopsie avait "révélé des possibles traces de strangulation et des hématomes au visage", confirmant "le geste homicide", avait expliqué Patrice Camberou fin décembre. Elle avait permis de faire remonter la date du décès au 20 ou 21 décembre.

Échanges de coups de feu lors de son interpellation

L'interpellation du mari, au cours de laquelle ce dernier a été blessé, a été menée samedi vers 19h00, dans un appartement de Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), par la brigade de recherche et d'intervention (BRI), avait confirmé dimanche à l'AFP le procureur de Draguignan.

"Il les a accueillis en les menaçant avec une arme de poing" et la BRI a procédé à un premier tir, avait détaillé de son côté le parquet de Bobigny auprès de l'AFP. "Il a continué à les menacer en criant 'Allah akbar' et il y a eu un tir à nouveau de la BRI", selon cette même source, précisant que l'homme a été "touché à la main et au niveau de la jugulaire".

Quatre interpellations

Deux autres personnes étaient présentes dans l'appartement avec le mari au moment des faits, qui ont également été interpellées. Une quatrième interpellation a eu lieu en dehors de l'appartement.

Après la découverte du corps de la mère de famille, une enquête pour homicide volontaire avait été ouverte, confiée à la police judiciaire de Toulon. Depuis une information judiciaire a été ouverte, avec la saisine d'un juge d'instruction.

G.D. avec AFP