RMC

Deux ans après le drame du Cuba Libre à Rouen, les parents des victimes toujours dans l’attente d’un procès

-

- - -

C'était il y a deux ans. Dans la nuit du 5 au 6 août 2016, 14 personnes trouvaient la mort suite à l'incendie d'un bar à Rouen, le Cuba Libre.

Toutes les victimes fêtaient un anniversaire. Un des convives, gâteau à la main, a chuté dans l'escalier de l'établissement et les feux présent sur le dessert ont embrasé le plafond du sous-sol aménagé.

La porte d'issue de secours ce soir-là était fermée à clé. Les victimes ont été prises au piège des flammes et des fumées.

5 ans de prison et 75.000 euros d'amende

Sur le plan judiciaire, le 20 juillet dernier, les avocats des 68 parties civiles ont reçu le réquisitoire définitif de la justice. Les deux frère, propriétaires du Cuba Libre, seront jugés pour "homicides involontaires par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence". Les deux prévenus encourent 5 ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

Le juge d'instruction doit encore rendre une ordonnance de renvoi, susceptible d'appel. La date du procès n'est donc pas encore fixée. Cela peut prendre encore plusieurs mois avant que l'audience soit programmée.

"Classer cette affaire en homicide involontaire, on ne peut pas accepter ça"

Johnny Autin a perdu sa fille Mégane, 20 ans, dans l'incendie du Cuba Libre. Deux ans après le drame, il ne supporte pas l'attente d'un procès dont il redoute un jugement trop clément.

"Il y a un an je me disais, vivement le procès mais maintenant la date est toujours reculée. Ça recule toujours. On nous dit qu’on aura une date début 2019. La longueur, ça n’aurait pas été très grave si justement ça avait apporté un résultat. Mais classer cette affaire en homicide involontaire, on ne peut pas accepter ça. Ils auront cinq ans de prison maximum pour 14 victimes. C’est inadmissible. Ça rajoute beaucoup de haine à la douleur".
Benoit Ballet (avec C.P.)