RMC

Dissolution de la "Ligue de défense noire africaine": "On juge les actes, on ne devrait pas juger les opinions"

-

- - -

L'intrusion violente d'une trentaine de militants de la Ligue de défense noire africaine dans une mairie de l'Eure a fait réagir Gérald Darmanin qui a annoncé avoir engagé la dissolution de l'association. Une pratique récurrente chez le ministre de l'Intérieur.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé lundi engager la dissolution de la Ligue de défense noire africaine (LDNA), une organisation qu'il a qualifié de "raciste".

Après une semaine de tensions à Val-de-Reuil dans l'Eure, une trentaine de membres de la LDNA ont envahi samedi la mairie de la commune, arrachant "la porte de la salle du conseil" et bousculant "une élue", selon le maire PS de la ville Marc-Antoine Jamet, lui-même enfariné par un membre de l'association.

"La répétition de ces actes, quand c'est répétitif, quand on impose ses idées par la force, il ne faut pas s'étonner qu'on te dise qu'on va te dissoudre", a assuré Jérôme Marty ce mardi sur le plateau des "Grandes Gueules".

"Ils font prendre des risques aux gens. On vit dans une espèce de climat où l'on voit des violences depuis des mois et des mois. Certains se disent: 'J'ai tous les droits, c'est mes idées, je vais les imposer parce qu'il y a 200 ans, il y a eu l'esclavagisme et que la France a une responsabilité dedans, je vais déboulonner des statues et brûler le drapeau".
"A un moment, il faut juste rappeler les lois de la République. Tu as le droit d'exposer tes idées mais tu n'as pas le droit de les imposer", ajoute le praticien.

>> A LIRE AUSSI - Qu'est-ce que la "Ligue de défense noire africaine" que Gérald Darmanin veut dissoudre?

"On a une justice et une police pour réprimer les actes violents!"

Si Barbara Lefebvre dénonce, elle aussi, l'envahissement de la mairie, elle s'étonne cependant elle déplore une espèce de délit d'opinion: "Le délit d'opinion ne constitue pas une raison valable pour fermer des associations. Gérald Darmanin, c'est le roi. Dès que quelqu'un dit quelque chose, il ferme une association", assure l'ancienne enseignante.

"Un homme a été condamné. Ceux qui ont commis ces actes vont être identifiés, il y a des photos qui circulent partout et le maire a porté plainte. La justice va être saisie, il y aura une enquête, il y aura une instruction et si besoin des comparutions devant la justice et des sanctions qui doivent être fermes et dissuasives. Néanmoins le réflexe de ce gouvernement de tout dissoudre... Quand on met le couvercle sur quelque chose, ça ressort. Je suis pour la liberté d'expression. On a une justice et une police pour réprimer les actes violents! On juge les actes, on ne devrait pas juger les opinions", plaide Barbara Lefebvre.

Les incidents au sein de la mairie interviennent après une semaine de tensions ayant pour origine une rixe entre deux enfants le 5 septembre dernier. Après l'intervention des parents, "des échauffourées, impliquant une petite centaine de personnes" ont éclaté, se poursuivant jusque dans la soirée, selon un communiqué de la mairie. Dans la foulée, une manifestation "organisée sans la moindre autorisation" par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), l'un des enfants étant d'origine kurde, ponctuée de "provocations racistes", s'est tenue mardi soir dans la commune normande, selon M. Jamet.

Une semaine de violences

Selon Jérôme Filippini le préfet du département, huit personnes ont été interpellées, deux après la rixe du 5 septembre, dont un homme qui a été incarcéré, et six après la manifestation du PKK mardi, avec des personnes porteuses d'armes prohibées, des bâtons, des machettes et "qui ont fait preuve de violence à l'égard des policiers".

"Ce n'est pas au départ un affrontement communautaire et ça n'a pas vocation à être présenté comme un affrontement communautaire. Et ceux qui le font le présentent artificiellement pour leur propre avantage et essayent de travestir ce qu'est Val-de-Reuil", a déploré le préfet.

La dissolution de LDNA sera proposée mercredi en conseil des ministres au président de la République. Elle pourrait être effective dans une quinzaine de jours. De son côté, la Ligue de défense noire africaine a déjà annoncé qu'elle contesterait cette décision devant les juridictions administratives.

>> A LIRE AUSSI - "J'ai peur qu'elle nous tombe sur la tête": la maison de Christine fissurée à cause d'un ralentisseur?

G.D.