RMC

Douze nominations aux Césars pour "J'accuse" de Polanski: "C’est aussi le nombre de femmes qui l’accusent de viol", dénonce l'association Osez le féminisme

Pour l'association, les nominations pour le film de Roman Polanski, sont un blocage pour la justice contre les violences sexuelles contre les femmes.

Était-ce vraiment un lapsus jeudi soir, quand Florence Foresti annonce les nominations des Césars pour la meilleure adaptation ? "Roman Polanski pour je suis accusé.. euh J’accuse", a bafouillé l’actrice volontairement ou pas. 

Le film a obtenu douze nominations aux César. Forcément, la polémique repart sur l'opportunité de récompenser le réalisateur de 86 ans visé par 12 accusations de viol.

"Je m'interroge sur le message qui est envoyé", lance Marlène Schiappa. Tandis que le ministre de la Culture Franck Riester lui explique que l'Académie des César est "libre de ses choix et de son mode de fonctionnement".

"Ne votez pas pour Polanski"

Roman Polanski accusé certes, mais à la sortie de cette salle de cinéma parisienne, Frédéric ne veut juger que le film. "Moi j’ai vu l’œuvre et je suis convaincu. Les nominations sont un premier pas vers ce qui pourrait être un César, c’est très bien. C’est un très bon film", affirme ce spectateur. 

Des Césars qui n’ont pas à avoir de positions morales, c’est l’argument du président de l’académie pour justifier ces nominations. Inadmissible répond Osez le féminisme.

"Il y a douze nominations. 12, c’est aussi le nombre de femmes qui l’accuse de viol. Nous nous interpellons les 4000 professionnels du cinéma qui vont voter pour les Césars. Tant que vous soutenez Polanski, il n’y aura pas de justice sur les violences sexistes et sexuelles. Nous leur demandons simplement de ne pas voter pour Polanski pour ne pas qu’il obtienne de Césars", explique la porte-parole Céline Piques. 

Elle préfère mettre en avant Céline Sciamma, la seule femme cette année en lice pour le César du meilleur réalisateur.

Nicolas Feldmann avec Guillaume Descours