RMC

"Elle ne méritait pas de partir": émotion vive après le meurtre de Doriane Ragon, en Alpes-Maritimes

Quatre jours après la mort de Doriane, l’émotion est encore vive dans la commune de Plan de la Tour. Voisins et habitants lui rendent hommage en accrochant des bouquets de fleurs et des mots à proximité de la scène du crime.

Un hommage silencieux pour Doriane Ragon ce mercredi soir à Plan de la Tour dans le Var, la commune où cette jeune femme de 32 ans a été retrouvée morte dimanche matin, abattue d’une balle dans la tête.

La traque de Marc Floris, l'homme soupçonné de son meurtre, a pris fin mardi après-midi après deux jours de recherches. Son corps a été découvert dans une zone escarpée à Gréolières dans les Alpes-Maritimes. Si l’hypothèse du suicide semble ne faire peu de doute, seules les investigations médico-légales permettront de déterminer précisément les causes de la mort, a insisté le procureur de la République adjoint de Draguignan.

>> A LIRE AUSSI - Chasse à l'homme dans les Alpes-Maritimes: le fugitif retrouvé mort

Quelques heures après la mort de Doriane, Catherine, une voisine, est venue accrocher un bouquet de fleurs et un mot à l’entrée de la résidence. “Toutes nos pensées vont à la famille de notre amie Doriane. Repose en paix”, lit-elle.

Catherine, qui a vu la scène du crime, est encore choquée par certaines images.

“Un peu plus loin, il y avait son corps allongé devant la résidence. On a vu le corps quoi… Ça fait mal de voir le corps d’une femme sans vie. Elle ne méritait pas de partir si tôt et qu’il lui fasse ça. On ne comprend pas”, indique-t-elle.

"Il ne sera pas condamné pour ce qu'il a fait"

Monique vient se recueillir face à la photo de la jeune femme. Cette habitante du village a suivi la traque du fugitif et regrette qu’il ait été retrouvé mort par les gendarmes.

“Il ne sera pas condamné pour ce qu’il a fait alors qu’il méritait la prison à vie pour ce qu’il a fait cet homme-là. Il faut penser à la famille de cette femme, à cette petite fille de 10 ans qui n’a plus sa maman. C’est inadmissible”, appuie-t-elle.

Placardé au pied du poteau où sont rassemblés les hommages une affiche appelle aux dons pour soutenir la famille de Doriane. Monique a promis de donner quelques dizaines d’euros. “Il faut être solidaires”, dit-elle.

Jean-Baptiste Bourgeon avec Guillaume Descours