RMC

En tuant l'ex-petit ami de sa fille, un Lillois suspecté de s'être fait justice lui-même

ALERTE INFO

ALERTE INFO - RMC

L'homme a été touché "a priori" alors qu'il "escaladait la clôture" du domicile du tireur présumé à Seclin.

Un homme placé en garde à vue samedi, soupçonné d'avoir tué l'ex-petit ami de sa fille, doit être déféré lundi devant un juge d'instruction en vue de sa mise en examen pour "homicide volontaire et violences volontaires", a-t-on appris dimanche auprès du parquet de Lille.

Âgé de 39 ans, et sans casier judiciaire, cet homme "était victime depuis quelques semaines de comportements répétés de harcèlement" de la part de la victime, notamment des dégradations infligées à des véhicules lui appartenant, a indiqué à l'AFP la procureure adjointe de Lille, Virginie Girard. Le parquet va demander son placement en détention provisoire, a précisé Mme Girard. 

La victime, âgée de 25 ans, a été tuée par balles samedi matin tandis qu'un jeune homme de 21 ans qui l'accompagnait a été blessé. Ce dernier était toujours hospitalisé dimanche au CHU de Lille où il avait été évacué dans un "état grave" selon les pompiers. L'arme, qui a été retrouvée, un pistolet automatique, appartenait au gardé à vue. 

Les deux jeunes hommes ont été touchés "a priori" alors qu'ils "escaladaient la clôture" du domicile du tireur présumé à Seclin, au sud de la métropole lilloise, a précisé Mme Girard. Le jeune homme décédé faisait l'objet d'une plainte déposée par la fille du quadragénaire pour "violences conjugales et viol". La jeune fille vivait chez son père depuis un mois. 

Lors de sa garde à vue, le mis en cause s'est "expliqué sur les faits, et a donné une version compatible avec les constatations" de l'enquête. Le père de la victime a par ailleurs été placé en garde à vue samedi, pour menaces de mort contre des policiers et la famille du suspect, a ajouté la magistrate. 

Il s'était présenté au commissariat après une intervention du Raid au domicile de sa mère à la suite de ces menaces, a par ailleurs indiqué la procureure adjointe, confirmant une information de la Voix du Nord. 

Tôt samedi matin, les pompiers avaient été appelés pour un accident impliquant une moto, mais avaient constaté sur place qu'une personne en arrêt cardio-respiratoire présentait des impacts. "Les pompiers ont aperçu une balle dans le thorax du conducteur" de la moto, tandis que "le passager avait une balle dans le dos", selon la Direction Départementale de la sécurité publique. 

La rédaction de RMC avec AFP