RMC

Affaire Elisa Pilarski - Curtis: ce scénario du drame envisagé par des experts

Longtemps attendu, les résultats ADN prélevés sur les chiens présents le jour du drame montrent que Curtis a bien dévoré sa maîtresse. Lors d'une précédente expertise, des vétérinaires avaient envisagé un scénario précis du drame.

Tuée par son chien. Elisa Pilarski a été mortellement mordue par le chien Curtis de son compagnon, selon les résultats des tests ADN effectués sur ce dernier et les chiens d'une chasse à courre présents sur les lieux. 

Le corps de cette femme de 29 ans, enceinte de six mois, avait été retrouvé dans une forêt de l’Aisne, en novembre 2019. L'autopsie avait alors conclu qu'elle a succombé aux morsures "d’un ou plusieurs chiens".

Ce mardi, "Les résultats des tests ADN confirment définitivement l'innocence des chiens" de la chasse à courre, et incriminent le chien Curtis, a affirmé la société organisatrice "Rallye la Passion", une conclusion confirmée par une autre source proche du dossier, dans l'attente de la publication par le parquet des résultats des analyses. Selon cette source, l'ADN d'Elisa a également été retrouvé au niveau de traces de sang sur la babine de Curtis, au niveau de son oeil et de son harnais. 

"Réalisés par un laboratoire d'expertise génétique, ces tests effectués sur les 67 prélèvements réalisés ont révélé avec certitude que seul l'ADN du chien de la victime était présent sur les plaies de cette dernière et à proximité" a-t-on appris. 

Ce week-end, déjà, un nouveau rapport, Ddeux experts accablaient directement le chien Curtis, selon les information de RMC.

Ce rapport expliquait ainsi que la mâchoire de Curtis est "compatible" avec les nombreuses morsures trouvées sur le corps de la future maman alors que celles des chiens de la chasse à courre non. En cause: la morphologie de la mâchoire de Curtis, un American Staff, plus courte que les autres chiens de la chasse à courre. Il établit aussi que Curtis est capable d'avoir causé ces blessures et tué Elisa Pilarski seul, que le jeune femme enceinte n'était pas capable au vu de ces capacités physiques d'arrêter Curtis.

Sa muselière déchiquetée à différents endroits

Une information judiciaire contre X est toujours en cours pour "homicide involontaire par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence (...) résultant de l'agression commise par des chiens".

Un éventuel scénario est ainsi envisagé dans ce nouveau rapport qui relance cette affaire: pour une raison inconnue, Elisa aurait pu perdre le contrôle de Curtis. Celui-ci enlève sa muselière avec ses pattes arrière, expliquant les griffures et excoriations autour de sa gueule.

Elisa aurait alors essayé de regagner sa voiture mais Curtis, qui l'a attaqué et mordu de nombreuses fois, aurait fini par la tuer. Une hypothèse qui explique que des vêtements et la muselière soient retrouvés à différents endroits. 

"Entraîné à mordre"

Une expertise comportementale sur Curtis qui a duré plusieurs semaines. Elle a conclu que le chien a été "entraîné à mordre", une pratique interdite et un entrainement qui aurait eu des effets néfastes sur le chien. L'expert a ainsi mené une expérience en essayant de détourner l'attention du chien avec la voix, de la nourriture, un autre chien mâle, un autre chien femelle... Sans succès quand il mord un objet, explique-t-on à RMC.

"Lorsqu'il mord il ne prévient pas et rien ne peut l'arrêter, il ne s'arrête que lorsque sa proie est détruite" décrit la même source à RMC.
Maxime Brandstaetter avec Xavier Allain