RMC

Attaque de Villejuif: les zones d'ombres qui entourent le profil du suspect

-

- - -

Selon les premiers éléments, le suspect souffrait de nombreux "troubles psychiatriques", mais était décrit comme "sympa" et "agréable" par son entourage et doté de "haute capacités intellectuelles".

Le parquet national antiterroriste s’est saisi samedi de l’affaire de l’attaque au couteau de Villejuif à l’issue des premières investigations. Le parquet a relevé la "radicalisation certaine" de son auteur, Nathan C, et une "préparation organisée de son passage à l'acte", malgré les "troubles psychiatriques importants de l'auteur".

Car le suspect est un enfant doté de “hautes capacités intellectuelles” qui très jeune est déjà atteint de souffrances psychiques assure la procureure de Créteil. Né en 1997, le garçon a un suivi psychiatrique dès l’enfance. Il est même hospitalisé plusieurs fois. Pourtant, il réussit tout de même à intégrer dans une prestigieuse école de commerce d’Angers.

Un loup solitaire victime de sa démence ?

Il y joue au basket et ses camarades le décrivent comme quelqu’un de "sympa et agréable". Mais un an après, ses problèmes psychiques et ses addictions, le poussent à quitter l’école. Il se convertit à l’islam au printemps 2017, mais il n’est pas repéré comme quelqu’un de radicalisé, jusqu’à cette terrible attaque, où il amène un sac contenant notamment une lettre, qui ressemble à une lettre d’adieu.

Pourquoi ce jeune homme est-il passé à l’acte ? Est-il un loup solitaire victime de sa démence ? Ou a-t-il été poussé à commettre cet attentat ? Il reste encore de nombreuses zones d’ombres.

Maxime Brandstaetter (avec Guillaume Dussourt)