RMC

"C’était violent et très rapide": un élève poignardé en pleine classe dans un lycée de Seine-Saint-Denis

-

- - -

Le lycée Paul Eluard de Saint-Denis est fermé après une agression au couteau en pleine salle de classe mercredi. Un adolescent de 16 ans a été blessé à l'abdomen par un camarade de 19 ans.

À Saint-Denis en Seine-Saint-Denis, un lycéen a été poignardé par un autre élève en pleine classe jeudi. La victime de 16 ans a été blessé à l'abdomen, ses jours ne sont pas en danger. Les coups de couteau, la violence de cette agression ont évidemment choqué toute la classe : "C’était violent et très rapide", assure un témoin de la scène.

Tout est parti d’un échange d’insulte qui a dégénéré en bagarre raconte un de leur camarade: "Il a sorti son couteau de sa doudoune et il a mis un coup à l’autre élève. Il y a un des élèves de ma classe qui a maitrisé l’agresseur. Un autre camarade a mis sa main sur la plaie pour pas que le sang coule trop. Il y avait quelques chamailleries entre les deux mais on ne pensait pas que ça irait jusque-là".

"Un lycée de la République doit être un sanctuaire"

"Un cap a été franchi", confirment d’ailleurs les enseignants qui réclament, comme Jérôme Martin, prof de Français, plus de moyen depuis plusieurs années. "On a l’impression d’être totalement abandonnés. On dénonce depuis des années une intrusion des violences depuis l’intérieur des lycées et l’absence de réaction politique qui nous laisse privé de tous moyens. Nous n’avons pas d’infirmières alors qu’on a un élève qui se vide de son sang".

Une situation dont s’alarme également Eric Delion, le représentant des parents d’élèves : "Un lycée de la République doit être un sanctuaire. On se retrouve dans une situation où l’on angoisse pour nos enfants alors qu’ils devraient être protégés".

Les élèves ne reprendront pas les cours avant demain. Plusieurs réunions ont lieu, au lycée, aujourd'hui, pour discuter de ces violences. L’auteur des coups de couteau, âgé de 19 ans, a été interpellé et placé en garde à vue. Il est entendu par la brigade locale de protection des familles selon nos informations.

Martin Bourdin (avec Guillaume Dussourt)