RMC

Gironde : les incendies ne sont toujours pas fixés, certains habitants autorisés à rentrer chez eux

La préfète de la Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio, a tenu un point presse jeudi après-midi afin de dévoiler les dernières évolutions des incendies de Landiras et de La-Teste-de-Buch. La situation tend à s’améliorer sur place, mais les incendies ne sont toujours pas fixés.

"C'est moins spectaculaire mais les feux ne sont pas fixés, ni éteints". Ces mots sont ceux de la préfète de Nouvelle-Aquitaine Fabienne Buccio, qui tenait une conférence de presse pour faire le point sur l’évolution de ces incendies qui ont ravagé près de 21 000 hectares dans la région.

"Les feux ne progressent plus, il n'y a plus de front de feu, ce mur de flammes qui (avance) sous l'effet du vent et qui crée des sautes de feu", a fait savoir de son côté le lieutenant-colonel Arnaud Mendousse du SDIS 33.

Cependant, "nous ne considérons pas que le feu est fixé parce que nous n'avons pas encore la certitude qu'une reprise importante ne fera pas redémarrer l'incendie et sa progression", a-t-il ajouté avant d'assurer que les deux feux sont considérés comme "contenus". Sur le passage du brasier subsistent encore des "fumerons", des points chauds incandescents qui fument et qui peuvent provoquer des reprises de feu s'ils ne sont pas refroidis.

Un retour progressif des habitants à leur domicile

Malgré ces risques de reprise d’incendie, quelque "3.000 personnes" de Pyla-sur-Mer, soit "les trois-quart" des habitants de ce quartier de la Teste-de-Buch pourront réintégrer leurs habitations "à partir de 17h" ce jeudi. Seuls sont concernés ceux qui habitent au-dessus de la départementale 218, située au nord de la dune du Pilat. "Pour réintégrer les populations, il nous faut encore un peu de patience, quelques jours au moins", a prévenu Fabienne Buccio.

Au total, 36.750 habitants et vacanciers ont dû quitter en urgence les secteurs de La Teste-de-Buch et de Landiras depuis 10 jours.

Les soldats du feu et les forestiers ont poursuivi leur travail de "protection des points sensibles", notamment grâce à la création et consolidation de pare-feux, - longues bandes de terre rase ne laissant entrevoir que le sable -, et au traitement des lisières.

La sécurisation des campings détruits se poursuit également pour "récupérer l'ensemble des bouteilles de gaz" présentes dans les gravats, selon la préfecture.

Jeudi, 2.000 sapeurs-pompiers sont toujours mobilisés, appuyés par 4 Canadair, dont le nombre en rotation a diminué ces dernières heures, 2 Dash et un hélicoptère bombardier d'eau PUMA de la Sécurité civile.

En visite mercredi sur les deux sites des incendies, à La Teste-de-Buch, sur le bassin d'Arcachon, puis à Landiras, à 40 km au sud de Bordeaux, Emmanuel Macron a rendu hommage à toutes les personnes mobilisées contre les incendies.

Il a également promis un "grand chantier national" pour reconstruire la forêt. Il a aussi reconnu la nécessité de disposer de davantage de moyens aériens pour lutter contre les incendies, tout en soulignant que les 22 avions dont disposent la protection civile étaient "suffisants ces dernières années".

Alexis Lalemant avec AFP