RMC

Emmanuel Macron en Gironde: "Il faut une annonce générale sur le changement climatique"

Alors qu'Emmanuel Macron est attendu en Gironde ce mercredi, après les violents incendies, Etienne Liebig estime dans "Les Grandes Gueules" sur RMC qu'il est temps de faire des annonces fortes pour tenter d'enrayer le réchauffement climatique.

Emmanuel Macron arrive sur le front des incendies. Alors que la Gironde est en proie à deux incendies d'ampleur, le président de la République est attendu sur place ce mercredi après-midi. Il doit se rendre à la Teste-de-Buch, près d'Arcachon où quelque 7.000 hectares de forêt ont été détruits. Au total, dans le département, 20.600 hectares de forêt ont brûlé, alors qu'un autre incendie sévit à Landiras, et 34.000 personnes, habitants ou vacanciers, ont dû quitter leur logement.

Accompagné de son ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, le chef de l'Etat doit rencontrer les sapeurs-pompiers, les forces de l'ordre, les personnels de sécurité civile, les élus et l'ensemble des personnes mobilisées contre ces deux incendies ravageurs.

"À Londres et en Bretagne, ça crame"

Une visite au plus près des premiers de cordée qui ne doit pas faire oublier l'urgence climatique, estime ce mercredi sur le plateau des "Grandes Gueules" Etienne Liébig. "Cela fait des années que des tas de gens le disent et qu'on se fout de leur gueule. On est en train de changer d'époque", peste-t-il.

"À Londres ça crame, en Bretagne ça crame. Emmanuel Macron ne doit pas faire qu'une annonce en disant qu'il va acheter des Canadair, il doit faire des annonces réelles sur le changement climatique! Il va falloir qu'on révise tout, on doit tout revoir. Il doit faire ça avec des conseillers sérieux et sur un plan européen", ajoute-t-il.

"Je ne pense pas qu'il y aille pour faire une annonce. C'est surtout pour rencontrer les intervenants pour savoir ce qu'il faut faire et comment on doit changer. Ce sont les premières consultations, ce n'est pas du jour au lendemain qu'on va savoir ce qu'il faut faire", croit savoir l'ancienne députée de La République en marche, Claire O'Petit.

La situation s'améliore

Sur place, Emmanuel Macron ne devrait pas recevoir un accueil chaleureux car sa visite irrite déjà. À commencer par le maire de Landiras à l'est de la Teste-de-Buch où 13.600 hectares ont brûlé en une semaine. "Il ne va pas chez nous, ce n’est pas grave", a-t-il déploré sur le plateau des "Grandes Gueules", alors que le président de la République ne devrait pas se rendre à Landiras.

"À la Teste-de-Buch, c’est beaucoup plus commercial que Landiras. Je pense qu’ils ont plus voté pour monsieur Macron que chez nous. On n’a pas besoin de lui, on a vu ce qu’il s’est passé quand il y a eu les Gilets jaunes. Il a réuni les maires dans tous les coins de France et il ne s’est pas passé grand-chose après. Je ne suis pas contre Emmanuel Macron. Je suis contre la manière de faire", a-t-il expliqué.

Sur le front des incendies, la situation s'améliore. La préfecture de Nouvelle-Aquitaine a indiqué ce mercredi matin que les incendies en Gironde ont "très peu progressé" cette nuit.

G.D.