RMC

Isère: miraculé après avoir été coincé dix heures au bord d'une falaise à 150 m. au dessus du vide

Un jeune homme a été sauvé par les CRS de haute montagne après 10h accroché à une touffe d'herbe devant 150 m de vide (illustration)

Un jeune homme a été sauvé par les CRS de haute montagne après 10h accroché à une touffe d'herbe devant 150 m de vide (illustration) - Francis Pellier / MINISTERE DE L'INTERIEUR

Un jeune homme de 17 ans a vécu la peur de sa vie dans le massif de la Chartreuse, en début de semaine. À cause de mauvaises indications de Google Maps, il s’est retrouvé coincé sur un flanc de falaise, à laquelle il a dû s’accrocher dix heures durant avant d’être sauvé par les secours.

Une histoire qui fait sourire, mais qui aurait pu se terminer en drame. Tout commence lundi 24 octobre, alors que Loïc, un jeune homme de 17 ans, est invité à l’anniversaire d’un ami organisé à Saint-Hilaire-du-Touvet (Isère), un village du massif de la Chartreuse situé à 1.000m d’altitude et entouré de falaises à pic.

Habitant dans la banlieue de Grenoble, il se décide à monter en vélo vers le village où réside son ami. Pour être sûr de ne pas se perdre, le jeune homme préfère se fier à l’itinéraire pour vélo prévu par l’application Google Maps.

Loïc fait alors confiance à son application, et s’engage sur un chemin muletier qui coupe à travers les falaises, et qui lui permet de ne pas emprunter la route normale. Un choix qui aurait pu lui coûter la vie.

Sauvé in extremis par les CRS de haute montagne

Continuant son périple, Loïc se rend compte qu’il n’est plus possible de continuer à vélo, le chemin étant devenu trop sinueux. Il pose alors son VTT et continue à pied, sans se soucier de ce qu’il l’attend par la suite.

Le brigadier Philippe Magnin, secouriste en montagne à la CRS Alpes de Grenoble, explique au quotidien Le Parisien, que le jeune homme a “emprunté le chemin qui serpente entre les falaises jusqu’à Saint-Hilaire-du-Touvet, quasi impraticable à vélo. (...) Or Google Map n’est pas du tout précis sur ce relief abrupt”.

Sans le savoir, Loïc s’engage à pied sur une via ferrata indiquée comme praticable par Google Maps. Mais l’application de guidage GPS n’est apparemment pas au courant qu’un arrêté municipal interdit l’accès à ce chemin extrêmement dangereux depuis un éboulement, qui plus est sans aucun équipement d’escalade à disposition.

“Il s’est retrouvé bloqué avec 150 m de vide sous lui. Nous avons lancé une caravane terrestre pour tenter de le récupérer, mais impossible de le localiser. Ce n’est qu’au lever du jour que l’hélicoptère a pu le voir. Il s’est accroché à une touffe d’herbe pendant 10 heures, sa vie en dépendait" , raconte au Parisien le brigadier Philippe Magnin.

Lorsque l’hélicoptère se rapproche du jeune homme, la précaution ultime pour les sauveteurs est de ne pas provoquer de souffle d’air trop puissant qui pourrait déstabiliser Loïc.

Le sauvetage du jeune homme, véritable “miraculé” selon l’un des secouristes intervenus sur place, est finalement un succès. Il a pu rentrer chez lui sain et sauf, mais sans fêter l’anniversaire de son camarade.

A.L.