RMC

"Je vais le faire piquer": ce SMS du maître de Curtis qui sème le doute

Une confrontation a été organisée au tribunal de Soissons lundi entre Christophe Ellul, mis en examen pour homicide involontaire après la mort fin 2019 de sa compagne Elisa Pilarski, par morsures canines, et la famille de la victime.

"Il ne se rappelle pas avoir écrit ce SMS, il dit qu'il ne sait plus". Une confrontation a été organisée au tribunal de Soissons lundi entre Christophe Ellul, mis en examen pour homicide involontaire après la mort fin 2019 de sa compagne Elisa Pilarski, par morsures canines, et la famille de la victime.

Une première depuis la mise en examen du propriétaire du chien Curtis, le 4 mars dernier pour "homicide involontaire". Alors qu’au départ son compagnon Christophe Ellul accusait les chiens d’une chasse à courre qui se déroulait à proximité d’avoir tué sa compagne, ce lundi, l'avocat de la famille d’Elisa Pilarski a assuré que "rien dans le dossier ne vient incriminer la chasse à courre". 

Pour la famille d'Elisa, Christophe Ellul sait depuis le début que Curtis est responsable de la mort de la future maman et qu’il a voulu le couvrir: ils ont essayé d’obtenir des aveux de sa part, en lui opposant certains éléments de l’affaire. Et d'abord ce SMS, envoyé le jour du drame à 13h45, par Christophe Ellul à Elisa. Soit presque 30 minutes après que la jeune femme en détresse l’ait appelé pour lui demander de l’aide

"Je vais le faire piquer"

Dans ce message, Christophe écrit "je vais le faire piquer". "Par ce SMS, il reconnaît que son chien est à l’origine du décès de ma nièce" assène l’oncle d’Elisa Pilarski.

Alors si Christophe Ellul sait depuis le départ que c’est Curtis le tueur, jusqu’où est-il allé pour cacher la vérité? Plusieurs éléments intriguent aujourd’hui la famille de la victime comme le fait qu’une muselière a été récupérée sur la scène de crime, alors que sur des photos prisent quelques minutes avant le drame, Curtis apparaît sans muselière. Comment est-elle arrivée-là? A-t-elle été apportée après le meurtre? 

Des éléments qui semblent accabler le maître du chien, qui, pour l’instant ne trouve rien à répondre. 

"Le déni"

Ce lundi, "on attendait des réponses (...) mais ça fait un an et demi (que Christophe Ellul) est dans le déni, qu'il ne sait pas, qu'il ne se rappelle pas" et "qu'il manipule la justice", a regretté l'oncle de la jeune femme.

Le 4 mars, le maître de Curtis, qui a toujours clamé "l'innocence" de son chien Curtis, a été mis en examen "pour avoir par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité (...) involontairement causé la mort" de la jeune femme.

Âgée de 29 ans et enceinte, Elisa Pilarski avait été retrouvée morte par son compagnon le 16 novembre 2019, dans une forêt de l'Aisne où elle promenait Curtis, à proximité d'une chasse à courre, après "une hémorragie consécutive à plusieurs morsures". Le ministère public a désigné Curtis comme seul responsable en novembre sur la foi des analyses ADN et examens des morsures.

Maxime Brandstaetter (avec AFP)