RMC

Rapport sur la délinquance: "Les femmes sont désormais les premières victimes de violences"

Le rapport de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, rendu publique ce mercredi, montre une baisse du sentiment d'insécurité des Français, qui sont désormais plus préoccupé par le risque terroriste que par la délinquance quotidienne. Cyril Rizk, responsable des statistiques à l'Observatoire, est venu présenter ce mercredi dans Bourdin Direct les principales conclusions du rapport.

Moins de vols de voiture ou de vandalisme contre les véhicules, nombre de cambriolages toujours élevés, hausse des violences contre les femmes, explosion de la cybercriminalité… L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) et l'Institut national de la statistique (Insee) ont rendu publique ce mercredi leur dixième enquête annuelle sur le ressenti de la population à l'égard de la sécurité et de leur cadre de vie. Cyril Rizk, responsable des statistiques à l'ONDRP, est venu présenter ce mercredi dans Bourdin Direct les principales conclusions de ce rapport portant sur les chiffres de 2015.

>> Les femmes, premières victimes de violences

Désormais, les femmes sont les premières victimes des violences (physiques et verbales) devant les hommes, que ce soit dans la sphère privée ou en dehors du ménage. En 2015, 1.120.000 de femmes ont été victimes contre 1.087.000 d'hommes. L'écart est limité, mais c'est une première depuis 2006 et la création du rapport. "Ça concerne notamment les femmes au travail, qu'elles soient en contact avec des usagers ou des clients. Elles disent être victimes d'altercations ou de conflits qui peuvent aller vers des violences".

>> Explosion des retraits frauduleux sur compte bancaire

Le nombre de ménages victimes de retraits frauduleux sur compte bancaire est en hausse entre 2014 et 2015: sur un an, il passe de moins de 900.000 à plus de 1,1 million. "La cible, c'est le compte bancaire. On utilise des données confidentielles (numéros de cartes bancaires, faux virements) pour prendre de l'argent sur les comptes de la victime, et ce à distance. Il faut regarder ses relevés de compte pour vérifier qu'il n'y ait pas d'anomalies", explique Cyril Rizk.

>> Le sentiment d'insécurité baisse

La proportion de personnes déclarant ressentir de l'insécurité chez eux ou dans leur quartier baisse, passant de 21% à 19,5% en un an. "Après un pic dans les années 2010, ce sentiment d'insécurité baisse. Aujourd'hui, la principale préoccupation, ce n'est plus la délinquance proche de chez soi, c'est le terrorisme", atteste Cyril Rizk. Le nombre de personnes qui considèrent le terrorisme "comme le problème le plus préoccupant" bondit: de 17,7% il y a un an à 30,4%.

>> Plus de consommation constatée de drogue

Plus de 21% des personnes de 14 ans et plus, disent avoir observé personnellement des phénomènes de consommation et de trafic de drogue dans le quartier ou le village où ils vivent sur les 12 derniers mois.

Philippe Gril avec Jean-Jacques Bourdin