RMC

Gendarmes tués à Saint-Just: le tireur "avait toujours une arme sur lui", racontent ses voisins évoquant ses penchants pour l'alcool

Voisins du tueur présumé de trois gendarmes, Fabien et Lorraine évoquent un homme avec un penchant sur l'alcool, qui sortait toujours armé.

Trois gendarmes ont été tués à Saint-Just dans le Puy-de-Dôme mercredi. Alors qu'une gigantesque chasse l'homme s'était lancée dans la nuit pour mettre la main sur le forcené, il a finalement été retrouvé mort près de sa voiture. "Il y toutes les raisons de penser qu'il s'est suicidé", a indiqué le procureur. Un homme au "profil très inquiétant" a précisé le magistrat.

Ses voisins décrivent un homme instable. Lorsque l'assaillant et sa femme s'installent à côté de chez Fabien et Lorraine, les deux couples se fréquentent, en bons voisins: "Sauf qu'après on a vu qu'il avait un penchant sur l'alcool". Et avec un verre de trop, les discussions se font plus ambigües.

"Il avait un peu bu et il a tiré deux coups de feu"

Fabien et Lorraine ont surtout été marqué par une soirée, passée au début de l'année: "Un soir on a fait un repas et on a découvert qu'il avait toujours une arme sur lui. Il avait un peu bu et il a tiré deux coups de feu. C’est là où on a compris qu’il fallait faire attention".

Un portrait aux antipodes de celui que brosse Claude Cunin, le président du club de tir où se rendait ce passionné d'armes à feu: "Il était très apprécié, avenant, toujours souriant". Claude Cunin rajoute qu'il satisfaisait à toutes les exigences en matière de sécurité.

Lucie Nolorgues et Martin Cadoret (avec G.D.)