RMC

"Il ne reste strictement plus rien": son ranch totalement détruit par l'incendie dans le Var, Gino lance un appel aux dons pour sauver ses animaux

TEMOIGNAGE RMC -  L'incendie qui sévit depuis lundi dans le Var a fait un mort et près d'une trentaine de blessés légers, alors que les pompiers continuent mercredi de combattre les flammes dans l'arrière-pays tropézien. Sur RMC, ce responsable du ranch de la Mène à Grimaud lance un appel aux dons.

"On n'abandonnera pas nos animaux". L'incendie qui sévit depuis lundi dans le Var a fait un mort et près d'une trentaine de blessés légers, alors que les pompiers continuent mercredi de combattre les flammes dans l'arrière-pays tropézien. Les autorités ont également dénombré 22 personnes légèrement blessées - dont 19 pour des intoxications - ainsi que cinq blessés légers dans les rangs des pompiers.

Sur le terrain, la progression de l'incendie a été favorisée par la sécheresse et la chaleur des dernières semaines, ainsi que par le mistral qui a balayé la région ces derniers jours. Le relief très accidenté dans la région complique également la situation. Depuis le début du sinistre, des centaines d'habitations et un camping ont été détruits par les flammes et "une bonne dizaine de milliers de personnes" ont dû être évacuées, à la fois des vacanciers dans les campings et des particuliers habitant dans la région, a précisé le préfet.

>> A LIRE AUSSI - "L'Amazonie du Var" part en fumée: "Une atteinte irrémédiable", se désole la secrétaire d'Etat à la Biodiversité

"Une horreur"

Parmi ceux qui ont tout perdu: Gino. Son ranch, situé à Grimaud, a totalement été détruit par les flammes.

"Il ne reste strictement plus rien. Les 500 m² de bâtiment ont brûlé, c'est un tas de cendres. C'est un spectacle chaotique, une horreur" a-t-il confié sur RMC, en direct. 

C'est 30 ans de vie qui sont ainsi partis en fumée: "J'arrive à me lever le matin et me battre, car je suis soutenu".

Emu à l'antenne, il a confié avoir toutefois pu sauver les animaux "du petit rat, furets, canards ou poules aux chevaux": 

"On a réussi à évacuer nos 150 animaux, dont 60 chevaux en 1h30. On n'a pas eu de perte, excepté un cochon, qui a eu des problèmes de poumons à cause de la fumée".

Un petit miracle grâce à de nombreux renforts:

"Le ranch est soutenu par beaucoup de personnes, comme monsieur le maire et de bénévoles. Encore merci à eux. Tout le monde est arrivé avec des remorques et nous avons créé un convoi. On a regroupé les chevaux sur la route pour partir. Tous les animaux ont été placés sur des terrains privés en sécurité, ils ont à boire et à manger. J'espère les ramener d'ici 4-5 jours. On n'abandonnera pas nos animaux" a-t-il confié.

Avant de préciser avoir lancé une cagnotte pour "tout reconstruire et assurer nos besoins sont du foin, du matériel agricole, matériel de bureau, c'est très vaste. C'est infini". 

Ce mercredi midi, la cagnotte avait déjà atteint les 30.000 euros.

1200 pompiers toujours mobilisés

Depuis son déclenchement lundi en fin d'après-midi dans le massif des Maures, près d'une aire d'autoroute de la commune de Gonfaron, à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Saint-Tropez, l'incendie a parcouru plus de 7.000 hectares.

"Le feu n'est pas totalement maîtrisé à cette heure, il est contenu", selon la Sécurité civile.

Les rotations des avions et hélicoptères bombardiers d'eau et de produit retardant ont repris au lever du jour et plus de 1200 pompiers sont toujours mobilisés.

"Une atteinte irrémédiable à cette richesse en termes de biodiversité"

Quinze centres d'accueil ont été mis en place dans les communes voisines et des interventions ont été lancées pour rétablir les réseaux de téléphonie et d'électricité.

Du fait de l'incendie, "nous avons perdu 50% environ de la réserve naturelle nationale de la plaine des Maures, c'est donc une atteinte irrémédiable à cette richesse en termes de biodiversité", a souligné mercredi sur RMC la secrétaire d'Etat chargée de la biodiversité, Bérangère Abba.

Cette réserve abrite notamment une espèce de tortue terrestre "extrêmement rare et menacée", a-t-elle souligné, la tortue d'Hermann, parfois appelée tortue des Maures.

Xavier Allain