RMC

Incidents lors de Nice-OM: membre de la LFP, Karl Olive réclame des "sanctions draconiennes"

Maire de Poissy et membre du conseil d'administration de la LFP, Karl Olive réclame une fermeté exemplaire après les incidents à Nice dimanche soir.

Après le chaos, les sanctions? La bagarre générale entre Nice et Marseille a choqué le monde du football, alors que les deux clubs sont convoqués demain par la Ligue de football professionnel (LFP) en commission de discipline. Des sanctions contre le club de Nice ou certains joueurs pourraient être prises.

Avant même cette réunion le préfet des Alpes-Maritimes a annoncé lundi soir la fermeture "pour les quatre prochains matches disputés à domicile" de la tribune Populaire Sud de l'Allianz Riviera.

"Le football, grand perdant"

Invité de RMC ce mardi, le maire de Poissy Karl Olive, membre du conseil d'Administration de la LFP explique qu'il y aura mercredi la nomination d'un référent instructeur de la LFP qui va instruire le dossier pendant 15 jours avant de décider d'éventuelles sanctions.

"Dimanche, il n'y a pas eu de gagnant, il y a un grand perdant, le football", lance-t-il.

"C'était du kick-boxing, il faut protéger les joueurs"

L'image du football en a en effet pris un coup, selon l'ancien journaliste sportif.

"Dimanche, on a anéanti en 10 minutes, par une trentaine de crétins, de voyous, le travail considérable qui est fait au quotidien, par les maires de France, les équipes de la LFP, la fédération, les préfets, les présidents, les bénévoles (...) "C'était du kick-boxing, il faut protéger les joueurs, c'est le b.a-ba"

Karl Olive estime que ces situations tendues ne sont pas spécifiques à Nice et que "ça se passe partout pareil".

"J'espère qu'il y aura des sanctions draconiennes, sans quoi on pourra recommencer la semaine prochaine", conclut-il.

Un "supporter niçois" toujours en garde à vue

Un homme de 28 ans, soupçonné d'avoir porté des coups à un joueur de l'OM lors des incidents survenus dimanche lors du match Nice-Marseille, a été interpellé et placé en garde à vue lundi en fin de journée. L'homme a été interpellé à Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes), a précisé la source policière. "Il s'agirait a priori d'un supporter niçois", a précisé auprès de l'AFP le procureur de Nice, Xavier Bonhomme. 

Le match de la 3e journée de Ligue 1 opposant Nice à l'OM a été interrompu dimanche à la 75e minute après que des supporters ont envahi le terrain à la suite d'un incident qui a mis le feu aux poudres: une énième bouteille en plastique lancée sur le joueur marseillais Dimitri Payet, que ce dernier a renvoyée vers la tribune. 

Connu des services de polices, cet homme de 28 ans est ainsi soupçonné d'avoir envahi le terrain au milieu de la foule de supporters niçois. Arrivé sur la pelouse, en contrebas de la tribune sud, il serait même allé jusqu'à frapper un joueur de l'Olympique de Marseille. 

Dimanche soir, trois mineurs avaient déjà été interpellés vers 22h30 lors des débordements. Ils ont été remis à leur famille et n'ont pas été placés en garde à vue, a détaillé la source policière.

Après plus d'une heure et demie d'interruption, la rencontre a été définitivement arrêtée, les Marseillais refusant de reprendre le match. Le parquet de Nice a annoncé lundi l'ouverture de plusieurs enquêtes, notamment pour "jets de projectiles" et "violences volontaires aggravées".

La rédaction de RMC