RMC

Incidents pendant OL-OM: faut-il des filets de sécurité pour éviter les jets de projectiles?

Installer des filets anti-projectiles dans les stades de foot permettrait-il de protéger suffisamment les joueurs? C'est en tout cas ce qu'on déjà fait plusieurs clubs de Ligue 1 et une solution qui pourrait se généraliser après les incidents lors du match OL-OM.

Marseille, Saint-Etienne ou encore Nice... Ils sont de plus nombreux, ces stades qui ont décidé de s’équiper de filets de sécurité. Placés entre la tribune et le terrain, à des endroits stratégiques, ils empêchent les supporters de jeter des objets et de provoquer des incidents comme celui du match Lyon-Marseille de dimanche soir.

Alors bonne ou mauvaise idée ? En tout cas les supporters de Nice ne s’en plaignent pas: "Ce n'est pas une barrière, c'est juste quelque chose de bien pour empêcher les incidents comme avec Dimitri Payet", assure l'un d'eux. "Il faut que l'on puisse assurer la sécurité des joueurs. Si un joueur ne peut tirer un corner, ce n'est pas normal. Ça fait deux ans que les matchs sont à huis-clos et un filet ne m'empêchera pas d'aller voir un match de football".

Aucun filet ne protégeait les joueurs dimanche à Lyon au Groupama Stadium quand une bouteille d'eau a atteint Dimitri Payet. Julien Chamoux, président de l’association de supporter de l'Olympique lyonnais "Amicale des rouges et bleus", ne décolère toujours pas. Mais même après cette soirée gâchée, des filets il n’en veut pas:

"Si demain il y a des filets et que je dois aller voir des humains courir après un ballon derrière des filets, j'aurai l'impression d'être derrière une cage. Je ne vais pas au stade pour être derrière une cage, sinon je reste chez moi devant ma télé. On doit être assez intelligent pour ne pas aller au stade et caillasser ces joueurs".

>> A LIRE AUSSI - OL-OM: "Je n'ai plus envie d'aller au stade" confie David, témoin du jet de projectile contre Payet

Améliorer la formation des stadiers

Des filets de sécurité ne régleraient pas totalement le problème, explique Grégory Lafosse, gérant d’une entreprise de sécurité qui intervient dans les stades: "Quand on va mettre les filets de sécurité en place, peut-être que la personne malveillante va trouver un autre moyen, un autre angle de tir, peut-être qu'ils ne seront plus atteints au niveau du poteau de corner mais au niveau de la touche", croit-il savoir.

"Le but, ça n'a pas été d'avoir un risque zéro mais de réduire fortement la tendance à avoir des objets dangereux à l'entrée. Il en rentrera toujours mais s'il n'y avait pas toutes ces dispositions et moyens de sécurité mis en place, ce serait énorme ce qu'on verrait dans les stades sans tout ça", ajoute-t-il

Une autre solution serait de mieux préparer les stadiers: la Ligue de football professionnel (LFP), aimerait d’ailleurs améliorer leur protocole de formation. La commission de discipline de la LFP, a déjà sanctionné l'Olympique lyonnais d'un match à huis clos en attendant sa décision définitive le 8 décembre. Ce mardi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et la ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu doivent rencontrer les instances du football français (LFP, fédération, arbitres et clubs) pour évoquer les incidents et déterminer "les moyens d'y mettre fin pour le reste de la saison".

>> A LIRE AUSSI - Incidents OL-OM: l'énorme colère de Jean-Michel Aulas dans l'"After Foot"

Maxime Brandstaetter (avec Guillaume Dussourt)