RMC

"J’ai tout perdu": pourquoi les influenceurs Marc et Nadé Blata sont visés par des plaintes

Deux plaintes collectives, réunissant un total de 88 plaintes conjointes, ont été déposées le 20 janvier dernier auprès de la procureure de Paris. Les accusations sont notamment dirigées vers le couple d’influenceurs Marc et Nadé Blata, qui auraient arnaqué certains de leurs followers.

La fin d’un règne pour les “Balkany de Dubaï”? Si l’on est encore loin d’une condamnation judiciaire, le couple d’influenceurs Marc et Nadé Blata est au centre de l’attention depuis le 23 janvier, après l’annonce de deux plaintes collectives contre X visant notamment les pratiques prétendues trompeuses du tandem.

Le duo d'influenceurs, qui totalise près de sept millions d’abonnés sur Instagram, est accusé par les plaigants d’avoir procédé à des arnaques en faisant la promotion de pratiques trompeuses de trading de cryptomonnaies. Les plaignants ciblent aussi une possible arnaque à l’achat de NFT, vantée par Marc Blata.

Le 23 janvier, ce sont donc deux plaintes distinctes qui ont été déposées. La première, contre X, vise la plateforme Animoon dans le cadre d’une possible arnaque aux NFT. La seconde plainte, contre X aussi, vise le couple d’influenceurs ainsi que le réseau qui leur permet de ne pas agir seuls.

Un système de commission à l’inscription

Dans ses publications sur les réseaux sociaux, Marc Blata vante quotidiennement ses talents de tradeurs en affirmant imiter les meilleurs dans le domaine. Cette vitrine, l'influenceur la met directement à profit en incitant ses abonnés à suivre ses conseils de placement sur la plateforme.

Grisé par la promesse d'argent facile, Slim, un ancien abonné de Marc Blata, finit par craquer et commence à suivre les conseils de l’influenceur.

“Evidemment, je n’y connaissais rien en trading. J’ai déposé, en tout, 1.500€. J’ai continué, sauf que le quatrième ou le cinquième jour, j’ai tout perdu. La malhonnêteté, c’est ce que je leur reproche le plus”, explique cet ancien abonné s’estimant floué par le couple.

Face à ce type d’accusation, Marc Blata se défend en expliquant à ses abonnés qu'ils n'ont simplement pas bien suivi ses conseils de placement. Mais en simultané, l’influenceur continue de s'enrichir grâce à un système de parrainage sur la plateforme d’achat et de vente de cryptomonnaies.

En résumé, chaque nouvelle inscription rapporte une commission supplémentaire au couple d'influenceur. La combine se décline aussi sous forme d'achat de NFT, des oeuvres d'art virtuelles, dont les acheteurs ne verront en fait jamais la couleur.

Pour Maitre Alexandre Dakos, l'avocat défendant les intérêts de certaines victimes dans ces affaires, l’objectif est désormais simple. “Aujourd’hui, ce qu’on réclame, c’est la condamnation pénale de tout ce réseau d’influenceurs. Mais aussi bien sûr, la restitution des fonds qui ont été dérobés à nos victimes. Les victimes ne pouvaient pas gagner les sommes qui avaient été promises par les influenceurs”, estime l’avocat. Selon ce dernier, le préjudice total de l’entourloupe avoisine les 6 millions d'euros.

Alfred Aurenche avec AL