RMC

"Je l'ai imploré de dire la vérité plusieurs fois", le témoignage des parents d'Alexia Daval

TEMOIGNAGE RMC - Jonathann Daval a avoué lundi avoir tué et tenté de brûler son épouse Alexia lors d'une reconstitution judiciaire de sept heures sous tension en Haute-Saône. Les parents de la jeune femme se sont dit soulagés par ces aveux.

Jonathann Daval a livré lundi des aveux complets lors d'une reconstitution judiciaire de sept heures sous tension en Haute-Saône, reconnaissant avoir procédé lui-même "à la crémation partielle du corps" de sa femme Alexia et lui avoir porté des coups mortels d'une extrême violence.

Ses aveux ont levé les dernières zones d'ombre qui planaient sur ce dossier et définitivement écarté la thèse d'une complicité, avancée un temps par certains membres de la partie civile. Les beaux-parents de la jeune femme, présents lors de la reconstitution, ont joué un rôle capital dans l'obtention de ces aveux.

"Je ne sais pas si ça nous apaisera un peu plus"

"Il ne voulait pas reconnaître la crémation. Il a juste dit qu'il avait mis le corps avec le drap et qu'il était parti. Je lui avais demandé comment c'était possible, s'il avait un complice, si un passant avait mis le feu. Je l'ai imploré de dire la vérité plusieurs fois pour que l'on puisse avancer et que lui puisse avancer aussi et se reconstruire aussi. Je lui ai dit qu'Alexia nous regardait, qu'il lui devait bien la vérité et que ça ne changerait plus rien. On ne peut plus changer ce qui a été fait. Je voudrais bien faire une marche arrière. Je lui ai dit que s'il avait aimé Alexia, s'il nous avait aimé, il fallait qu'il nous dise la vérité. J'étais soulagée qu'il la dise. C'était un soulagement, c'est pour ça que j'ai dit 'merci', je ne sais pas si ça nous apaisera un peu plus, mais je voudrais qu'il y ait une fin à tout ça pour pouvoir essayer d'avoir un deuil si on peut", a témoigné Isabelle Fouillot, la mère d'Alexia, au micro de RMC.

Le père, Jean-Pierre Fouillot, est aussi soulagé de ces aveux: "Ça élimine tout le climat de suspicion qu'il aurait pu encore y avoir encore pendant un an ou deux, le temps du procès. Cette vérité on a réussi à la concrétiser avec beaucoup de mal, mais cette vérité-là, on l'attendait avec impatience et on y est arrivés. C'était important d'être là pour Alexia uniquement. Si Alexia a la chance de nous voir de là-haut, on était là pour elle".

Gwenaël Windrestin (avec P.B.)